Minuit dix à Whitechapel

Murder party - Minuit X à Whitechapel

Résumé

Londres. 1er octobre 1888 à Whitechapel, le quartier le plus sordide de la capitale. Près de quatre-vingt mille personnes vivent dans ce dédale de ruelles étroites. C’est le repère des petits truands et autres racketteurs ; les fillettes s’y prostituent à douze ans, alors que la moitié des enfants n’atteignent pas leur cinquième année. L’odeur des abattoirs voisins ne fait que rajouter à la misère quotidienne. Et c’est là que l’horreur se donne un nom : Jack l’Éventreur ! Depuis ce matin, ce nom s’est répandu comme une traînée de poudre dans toute la capitale. La police semble incapable d’arrêter le monstre. La rue a peur…

Non loin de là, juste à côté de Tower Bridge, se trouve la résidence londonienne de Lord Carnevon. L’endroit est bien plus calme et bien plus luxueux que les rues tortueuses de Whitechapel. Lord Carnevon est reconnu dans les milieux huppés de Londres : ami personnel du Prince Albert-Edward, le propre fils de la reine Victoria et futur roi d’Angleterre, ce magistrat a mené une brillante carrière aux Indes où il était juge à la cour coloniale de Calcutta. Voilà près de six mois qu’il a quitté les Indes. Ne sortant que très peu depuis son retour au Royaume-Uni, d’aucuns chuchotent que son départ précipité de Calcutta serait dû à quelque maladie exotique qu’il aurait contractée aux colonies. S’il sort peu, Lord Carnevon reçoit. Et ce soir, parmi ses invités se trouve un assassin !

En effet, c’est peu avant dix-neuf heures que Henri, le majordome de Lord Carnevon, trouve le corps inanimé de son maître. Celui-ci gît couché sur son bureau, le visage crispé, les yeux exorbités. C’est avec sang froid que Henri annonce la sombre nouvelle aux personnes présentes ce soir : « Monsieur est mort, dit-il simplement. Craignant fort qu’il s’agisse là d’un meurtre j’ai fait venir ces messieurs de la police. Ils seront là dans quelques instants. » Et quelques minutes plus tard, la police arrive effectivement sur les lieux. L’enquête peut commencer.

Présentation par les auteurs

Nous avons voulu offrir à Minuit Dix à Whitechapel la profondeur et la noirceur qui lui revient. Le livret comprend des instructions détaillées pour guider les organisateurs débutants dans l’organisation de la murder party.

Guillaume : gmontiage@yahoo.fr
Joséphine : josephine.verneuil@gmail.com
Caroline : solunn.martineau@free.fr

Téléchargement

zipMinuitXaWhitechapel.zip


Commentaires

  1. Beus

    Ha ! Minuit dix à Whitechapel ! Ma madeleine de Proust ! Le premier scénario que j’ai organisé et que j’avais récupéré dans le magazine Casus Belli. A l’époque, j’avais été frustré car le format magazine n’avait pas permis à l’auteur un grand développement. Et j’avais rajouté des éléments personnels et un personnage.
    Avec cette version retravaillée, gageons que l’organisateur aura toutes les billes nécessaires pour organiser un jeu plus complet.
    Pour autant c’est un jeu sans pièges pour un organisateur débutant mais il doit s’appliquer à soigner les détails pour rendre l’ambiance particulière de cette soirée chez Lord Carnevon…

  2. Fitz

    Dans une belle maison avec jardin cachée dans ces cours parisiennes comme il en existe tant sans le savoir, Minuit-Dix a comblé ses joueurs pendant une belle et longue soirée d’été.

    Un tiers de joueurs débutant, un tiers de joueurs (plus ou moins) expérimentés, mais également un dernier tiers de rôlistes papier voulant tenter l’expérience du GN façon murder.
    Des excellents détails (un boitier d’appareil photo de fin XIXe recouvrant un appareil numérique ayant permis au journaliste présent de prendre des clichés toute la soirée sans rompre sa cohérence, une belle collection de musiques d’époques pour l’ambiance -le premier gramophone ayant été inventé 2 ans auparavant !) ainsi qu’une bonne implication de tous ont permis de faire de cette soirée un moment inoubliable.

    Je suis déjà en train de préparer la suivante sous demande express de tous (et particulièrement les rôlistes!)…

    Bref, un scénar comme on les aime, simple mais puissant, pour tout public, je recommande énormément !

  3. Valouche

    Avec un ami nous avons organisé cette murder party avec une majorité de débutant : super soirée ! Ils ont tous adoré et en redemandent ! L’ambiance est super et je vous conseille de mettre les petits plats dans les grands niveau organisation/repas (les fiches techniques sont ultra complètes même au niveau du menu proposé, j’ai suivi les recettes et liste de courses proposées et ce fut un régal !)
    Seul petit bémol, la toute fin, il nous a même fallu nous organisateur une bonne heure de recherche avec toutes les pièces en main et forum à l’appui pour être surs de ce qu’il fallait faire pour gagner la murder : autant dire que les joueurs n’y sont pas du tout parvenu et ont trouvé le dénouement assez tiré par les cheveux et trop dur : ce que je trouve vrai. L’ami avec qui j’ai organisé va la rejouer et nous allons surement essayer de modifier un peu cette partie pour la rendre un poil plus accessible.
    Autrement, super scenar, çà tourne au poil, sans temps mort dans une ambiance excellente !

  4. Jonathan

    Ma 3ème soirée du genre, les 2 premières ayant été très simplistes avec simplement des costumes et des scripts à lire.

    Une très bonne histoire, bien ficelée. Le seul bémol à été la fin un peu abrute quand l’heure sonne et dont l’énigme en a déconcerté quelques-un.

  5. Augustin ARMAND

    Nous avons joué cette Murder avec quelques amis.
    Un succès !!
    L’ambiance est là.
    ATTENTION SPOILERS !
    Il n’y a pas de temps morts. Tout s’enchaine assez logiquement. Il
    est facile de relancer l’action toutes les 45 mn avec les évènements
    spéciaux : le serpent, la scéance d’hypnose, la découverte dans la cuisine.
    Les joueurs ont « perdu », mais à leur décharge meme avec tous les indices la
    procédure de révocation est très compliquée.
    J’ai écrit à une des auteurs Joséphine Verneuil qui a eu la gentilesse de me
    la détailler : Minuit 10 + sang de Singh Baines + foulard rouge du père de
    Singh Baines + lecture du texte tatoué sur le brahmane.
    La soirée a duré 4h30 avec le débriefing (5h30 avec le repas à thème Indien).
    On a donné 12 PA à chaque joueur.
    Il y avait 2 organisateurs dont 1 jouait le rôle d’Henry. La moitié des
    participants étaient des novices mais les rôles sont suffisamment bien expliqués
    pour qu’ils n’aient eu aucun problème. Dernier conseil, il vaut mieux un joueur
    expérimenté pour jouer Singh Baines qui a un role clef dans la dernière partie de
    la Murder
    Merci encore pour cette merveilleuse soirée
    Très Amicalement,
    auguqustinarmand a free.fr

  6. Laura

    J’ai choisi ce scénario pour organiser ma première Murder-Party et je ne suis pas déçue ! Tout est clair et bien expliqué, les personnages sont vraiment unique, bref un super moment ! Merci au créateur !

  7. leteindien

    Super scénario pour l’organisation d’une première murder party ! Nous avons enlevé le rôle de Milicent mais avons décidé que la médium serait une organisatrice avec le majordome.
    Du coup, pour que l’on soit quand même dix, nous avons créé une autre intrigue en plus de celle-ci en créant de toute pièce le personnage de Lady Rose (en ajoutant plus de piment et d’amour dans cette intrigue bien ficelée!).
    Pareil, nous avons créé un petit récap à la fin, lu à la Hercule Poirot par l’inspecteur… succès garanti !

  8. rémi

    Excellent scénario : tout est très bien écrit, l’histoire (ou plutôt les histoires) sont dignes d’un roman d’Agatha Christie et les personnages sont hauts en couleurs et promettent de passer de très bons moments. C’était la deuxième fois que j’organisais une Murder Party et la moitié des personnages en avait déjà fait une (en tant que joueurs) auparavant : tout s’est très bien passé. Les documents fournis sont complets et on ne peut que saluer le travail des auteurs qui ont fait un boulot de qualité : 20/20 de ce côté-là. 21/20 même ! L’histoire est tout bonnement extraordinaire.

    Ceci dit, j’ai quelques « mises en garde » pour toute personne souhaitant organiser Minuit Dix à Whitechapel (il n’y a pas de « vrai » spoiler, pas d’inquiétude):

    – c’est très complexe pour les joueurs. Mes joueurs ont « perdu » (ils ont invoqué Raktabija) malgré leur avancée dans le scénario. En général ils étaient loins de comprendre toutes les ficelles des intrigues car il y a beaucoup de « sous-intrigues » et le pauvre officier de police ne parvenaient pas à faire le lien. En toute honnêteté, personne ne pouvait le lui reprocher : même pour nous les organisateurs il a fallut passer un bon bout de temps sur l’histoire avant de comprendre tout en détail et il nous a fallu être deux pour être sûr de ce qu’il fallait faire/ce qui se passait. Bref, posez-vous la question : est-ce que mes joueurs sont des Hercule Poirot en puissance ou non ?

    – nous étions trois organisateurs le jour J et ce n’était pas de trop : pensez bien qu’il faudra servir des boissons, idem pour le repas, répondre aux questions, effectuer les actions spéciales, orienter les discussions, etc. Bref c’est beaucoup de boulot le jour J et il faudra vraiment beaucoup de mains pour s’en sortir sans une crise cardiaque/des frustrations voire même sentiments de lenteur pour le joueurs. A nouveau, posez-vous la questions : sommes-nous suffisamment nombreux pour que tout le monde passe un bon moment ?

    – enfin personnellement je pense que les personnages, bien qu’absolument excellents sur le papier, sont relativement difficiles à jouer pour des novices qui ne sont pas des rolistes ou des acteurs. Typiquement, jouer tout le dramatique d’une séance d’hypnose, d’une morsure de cobra ou de l’aveu du meurtre d’une petite fille n’est pas à la portée de tous. Mes amis s’en sont sorti honorablement mais nombre de scènes qui auraient dû être « bouillante » à la lecture du scénario (et il y en beaucoup, le scénario étant vraiment magnifique !) se sont retrouvées relativement « fades » une fois jouées. Par exemple, j’avais organisé « la croisière s’accuse » préalablement et les personnages sont bien plus proches de notre époque et de nos tempéraments : pas de prince, pas de voyante, pas de docteur dépressif… bref des personnages relativement plus facile à endosser pour des gens qui n’ont pas fait de théâtre avant.

    Voilà je me rends bien compte que ce pavé semble donner un retour principalement négatif à Minuit Dix : ce n’est pas le cas. Cette Murder Party est vraiment énorme. Maintenant entre le scénario et la capacité de l’organisateur/des joueurs à le mettre en oeuvre, il peut y avoir un delta significatif. Et ce delta peut être frustrant pour tout le monde. A vous de juger du niveau des organisateurs et des joueurs ! 🙂

    Rémi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.