Pâques – Une tragédie

paques

Résumé

Pâques – Une tragédie est un scénario tragi-comique sur une famille qui se retrouve année après année pour fêter Pâques ensemble. Le rituel est à chaque fois le même. On se salue, on se met à table, on mange des mêmes plats, on avale une gorgée de schnaps puis, à l’invite du père, l’un se lève et le verre à la main récite ces choses fantastiques et bienheureuses qui lui sont arrivées l’année passée. Alors on se congratule, on sourit, on reprend le cours du repas puis l’heure arrive de se séparer, on se dit au revoir en se promettant de se revoir avant la prochaine Pâques. Ce qui n’arrivera jamais.

Au cours du jeu, les joueurs enchaîneront les repas de Pâques. Ceux-ci sont joués en accélérés et sont enchaînés jusqu’à que l’un des convives craque et brise la belle ambiance en cessant de feindre que tout va bien et commence à vider son sac. Car, derrière le bonheur que chacun fait mine d’éprouver pour préserver l’harmonie des retrouvailles, les misères s’accumulent avec les années jusqu’à devenir intolérables. Celui qui s’écartera du ton badin et factice pour dire comment il va vraiment, celui-là brisera la belle ambiance… et mettra aussitôt fin au jeu !

Pâques – Une tragédie est donc un jeu sur le non-dit où l’on échange des banalités, où l’on ramène tout le temps la conversation à des sujets que l’on sait sans dangers (le vieux teckel qui fait toujours les plus adorables des bêtises, la petite Opel rouge du père, etc.) pour éviter ceux qui pourraient provoquer un scandale (et qui sont pourtant bien plus importants).

Le genre du jeu est tragi-comique. Tragique car les personnages vivent un déchirement : ils sont affligés de malheurs mais ne peuvent se soulager en les partageant sous peine de détruire ce qui reste de leur famille. Et comique aussi parce que le joueur peut considérer ce qui arrive à son personnage avec un certain recul et peut apprécier l’effet comique qui naît à la fois de l’avalanche quasi invraisemblable de misères et du simple effet de répéter une même scène encore et encore. Cette double lecture est aussi facilitée par le fait que les malheurs ne sont pas dans le registre du sordide (même s’ils peuvent être graves et réalistes) et que ceux-ci ne sont pas joués mais sont seulement des éléments de backgrounds résumés en 2-3 lignes que l’on lit entre les scènes de repas.
Dit autrement, les repas sont joués sérieusement mais il est fréquent de sourire entre les scènes et après le jeu lui-même.

En résumé, Pâques – Une tragédie est un jeu au format et au ton inhabituels et un très intéressant exercice de style et de roleplay. Il est facile à organiser (il n’y a qu’un repas simple – servi froid – à préparer) et est facile à placer dans un emploi du temps, même en semaine : il ne prend que 2 heures et les joueurs mangent en même temps qu’ils jouent.

Télécharger

zipPaques-une-tragedie.zip


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.