Jeu = compétition ?

principalement autour des huis clos et autres petits GN, mais aussi pour le plaisir de flooder.
Répondre
Avatar du membre
Saki
Général En-Jeu
Messages : 294
Enregistré le : jeu. 29 août 2013 20:32
Localisation : Bruxelles

Jeu = compétition ?

Message par Saki » jeu. 17 juil. 2014 20:50

Tiens, j'ai encore une question toute nulle mais qui m'intrigue :

ça fait 10 ans que j'explique à certaines personnes de mon entourage que le jdr/gn n'est pas une compétition, mais régulièrement quand je reviens d'un gn ou d'une partie sur table avec des étoiles dans les yeux on me demande gentiment "alors, tu l'as gagné ton jeu ?"

J'ai l'impression que pour les gens qui ne connaissent pas ces loisirs, "jeu de rôle" signifie trois choses au choix :
* sexe
* thérapie (cf le reportage de france 2 sur le gn dont on cause dans un autre sujet)
* compétition

Pourtant rien de tout ça ne m'est venu à l'esprit quand on m'a expliqué le jdr pour la première fois (pour le gn j'étais déjà rôliste depuis quelques années, la transition était donc simple).

Est-ce que vous (ou des joueurs de votre connaissance) êtes arrivés au gn en pensant y trouver tout autre chose ? Est-ce que vous avez aussi du mal à faire accepter à vos proches que ce n'est qu'un jeu immersif sans aucune compétition ni volonté de thérapie (ni sexe, mais il paraît que dans certains jeux.... tiens, ça c'est aussi une question qui m'intrigue d'ailleurs, ça existe vraiment le "vrai" sexe en gn ?)
"La vie est un naufrage, n'oublions pas de chanter dans les canots de sauvetage."

Fredou
Amiral du Fair-play
Messages : 730
Enregistré le : mer. 11 janv. 2012 15:49

Re: Jeu = compétition ?

Message par Fredou » ven. 18 juil. 2014 09:54

Il peut y avoir une forme de compétition, mais pas de la manière dont l'entendent les gens qui ne connaissent pas cette activité. Ce serait plutôt une forme de challenge.

Pour le sexe, ça peut arriver (c'est une affaire d'adultes consentants). Dans le cas de GNs peu scénarisés, c'est un peu comme un séjour au camping des flots bleus. Dans le cas de jeux plus scénarisés et plus immersif, il peut arriver que le jeu déborde entre des participants mais ce sera souvent restreint par la difficulté de s'isoler du reste du jeu (ça ne serait d'ailleurs pas forcément bien vu des autres participants et des organisateurs). Dans tous les cas, sauf jeu très exceptionnel, ça ne fait pas vraiment parti des intentions du jeu.
Modifié en dernier par Fredou le lun. 21 juil. 2014 08:42, modifié 4 fois.

Avatar du membre
kilourh
Expert emptoire
Messages : 985
Enregistré le : lun. 21 févr. 2011 21:56
Localisation : Saint Etienne

Re: Jeu = compétition ?

Message par kilourh » ven. 18 juil. 2014 10:01

Je parle de temps en temps de GN à ma famille, mais jamais je n'ai eu l'impression qu'ils prenaient le GN autrement que comme un jeu...

Toutefois, j'ai eu une longue conversation avec ma cousine, qui ne connaissait pas. Outre le fait que je lui ai donné envie d'essayer, la question de l'intérêt pédagogique du GN est venu sur le tapis (assez tard). Mais ce n'était qu'une question de sa part : est-ce que cela n'aurait pas aussi un intérêt pédagogique. Je suis allé au plus simple : surement, au même titre que tous les autres jeux !
Jérome

Comptes de fées en ligne sur ce site...

Avatar du membre
fenriss
Expert de miches
Messages : 544
Enregistré le : jeu. 22 mars 2012 21:09
Contact :

Re: Jeu = compétition ?

Message par fenriss » sam. 19 juil. 2014 08:41

Saki a écrit :"alors, tu l'as gagné ton jeu ?"
En fait, tu as tout résumé dans cette phrase. Pour les gens, dans un jeu il y a forcément un gagnant. Donc, si le gn est un jeu, il y a possibilité de le gagner.
Dans le jeu de rôle, on retrouve un peu cette notion de perdre ou gagner, puisque l'interprétation passe souvent au second blanc pour devenir un affrontement entre le mj et ses joueurs.
Dans les faits, il y a aussi des gn qu'on peut gagner, même si la seule vraie victoire dans un gn c'est d'avoir pris son pied ce qui est tout a fais possible en "perdant"
Pour ma part, venant du jdr, puis des des soirées vampires, je n'ai jamais eu l'impression qu'il fallait gagner un gn mais j'avais quand même tendance a essayer de gagner des choses (vampire étant un jeu qui se suit on essaye souvent de rendre son perso le plus puissant) .En découvrant le vrai gn(pas en chronique quoi :D ) je me suis aperçu que pour moi le plus important était juste l'interprétation et qu'on pouvait carrément prendre son pied en loosant complètement un jeu

Avatar du membre
hoog
Général En-Jeu
Messages : 259
Enregistré le : sam. 10 mai 2014 23:59
Contact :

Re: Jeu = compétition ?

Message par hoog » dim. 20 juil. 2014 15:29

Quatre éléments de réponse pour ma part :

1/ Il y a malentendu sur le terme "jeu". Ca peut signifier jeu dans le sens de "jeu de plateau" ou "jeu de piste", avec une notion de challenge et de victoire. Mais ça peut aussi signifier "jeu d'acteur", dans le sens "faire semblant d'être quelqu'un d'autre".

2/ Je considère que l'approche gamiste du GN, au sens de la théorie GNS, est une approche légitime du GN, tant que tout le monde est sur la même longueur d'onde.

3/ Je suis d'avis qu'il y a une part de thérapie dans beaucoup de pratiques du GN et du JDR. Ca peut se manifester par les choix lors de la création ou de l'interprétation de personnage, ou pendant les décisions faites en jeu.

4/ Je rejoins Frédou : même dans les jeux les plus "sexe" auxquels j'ai participé, il y avait une consigne claire de "restez au moins un peu habillé, et pas de vraies relations sexuelles".

Fredou
Amiral du Fair-play
Messages : 730
Enregistré le : mer. 11 janv. 2012 15:49

Re: Jeu = compétition ?

Message par Fredou » lun. 21 juil. 2014 08:54

4/ Je rejoins Frédou : même dans les jeux les plus "sexe" auxquels j'ai participé, il y avait une consigne claire de "restez au moins un peu habillé, et pas de vraies relations sexuelles".
Je n'ai encore jamais vu explicitement une telle consigne mais elle est souvent implicite, personne ne s'attendant vraiment à ce que cela arrive. Mais j'ai déjà participé à un jeu où la consigne explicite était "faites ce que vous voulez tant que vous vous entendez pour cela" et où les joueurs l'ont très bien comprise.

Ce qui est, à mon humble avis, plus courant, c'est que des joueurs qui se sont plus sur un jeu (et qui y ont plus ou moins amorcé quelque chose) se retrouvent après le jeu.

Avatar du membre
Thomas B.
Initiateur de roleplay
Messages : 437
Enregistré le : lun. 19 déc. 2011 13:58

Re: Jeu = compétition ?

Message par Thomas B. » lun. 21 juil. 2014 09:01

Saki a écrit :* sexe
Pour ceux qui ne sont pas habitués à jouer un rôle au pieu d'habitude, il semblerait que ça gâche un peu l'immersion et qu'on se retrouve à se jouer soi même :)
* thérapie (cf le reportage de france 2 sur le gn dont on cause dans un autre sujet)
J'adoucirai en disant que certains utilisent ça pour explorer des aspects de leur personalité qu'ils n'utilisent pas trop dans la vraie vie, ou vivre des trucs différents, parfois des trips de pouvoir mais parfois des trucs plus durs. Une thérapie ça se fait avec un thérapeute, et les orgas de GN ne sont pour la plupart pas qualifiés.
* compétition
Ce qui est marrant c'est où se trouve la compétition selon les écoles de GN, alors qu'en théorie on ne peut pas gagner un GN:
-méd-bour: j'ai buté le plus d'orcs, j'ai gagné le GN
-murder party: j'ai tout résolu l'enquête comme un chef, j'ai gagné le GN
-vampire: j'ai niqué le plus de monde avec mes magouilles politiques, j'ai chopé Obtenebration sans me faire gauler, j'ai gagné le GN
-GN romanesque français: c'est moi qui ai été pris sur le GN et pas toi/ j'ai le plus beau costume/la scène la plus grande gueule, j'ai gagné le GN
-mass larp allemand: j'ai passé 8h par jour à faire semblant de réparer des armures de cuir, c'était trop cool, l'année prochaine je vais être autorisé à devenir apprenti en réparation de cotte de maille, en plus nos gentils chevaliers ont battu les méchants monstres, j'ai gagné le GN
-GN à chouine: c'est moi qu'ai le plus pleuré avec des gens, j'ai gagné le GN
-GN nordique: c'est moi qu'ai le plus pleuré seul dans mon placard, j'ai exploré les pires saloperies de mon psychisme, j'ai divorcé dans la vraie vie et maintenant j'ai un suivi médicalisé de 18 mois pour m'en remettre, un article dans un Knutebook et y a plein de monde à mon talk à Knutpunkt, dont Stenros, Montola et Fatland: j'ai gagné le GN.
que ce n'est qu'un jeu immersif
Voir ci-dessus pour des exemples que ce n'est pas qu'un jeu immersif :). Ca peut aussi être un plaisir entre potes, du cosplay long, un changement d'air, un moyen de rencontrer du monde etc.

Pink
Murder 6000
Messages : 324
Enregistré le : jeu. 23 août 2012 08:33

Re: Jeu = compétition ?

Message par Pink » mar. 22 juil. 2014 09:56

Le post de Thomas B. est drôle et cynique à la fois sur ce que nous pouvons être en tant que joueur. Mais efectivement nous sommes tous, à certains moments (d'une seconde, d'un jeu, d'une année ou d'une vie), animés par l'envie de faire "mieux que", d'être le meilleur sur tel sujet.

La compétition et le sexe sont des notions importantes dans notre société. Difficile donc de s'en dissocier totalement dans le cadre d'un jeu. Encore plus difficile pour des personnes extérieures d'en faire abstraction pour analyser une activité inconnue. Alors même que nombre de nos vie se résument parfois à gagner/perdre des choses (un statut, de l'argent, des responsabilités professionnelles,...).

Quand je parle avec un pote de son week-end, je lui demande ce qu'il a fait. J'essaie de comprendre, avec mes moyens, à quoi il a occupé son temps. Je lui demande des trucs factuels. "Où ? Quand ? Avec Qui ? "
Je lui demande plus rarement : "qu'est ce que tu as ressenti ?", "tu as envie de recommencer ?", "qu'est ce qui t'as le plus plu et pourquoi ?", "si tu devais changer quelque chose à ton week-end ça serait quoi ?". Or ça m'apporterait peut être plus d'info sur ce qu'il aime/fait réellement.

Saki, je pense que ce que tu décris se retrouve dans de nombreuses activités peu ou mal connues. Les gens concernés se retrouvent en décalage avec leurs interlocuteurs car ils ont du mal à se sortir du factuel, qui est insuffisant pour expliquer et partager l'évènement vécu. Ce qui les ramène souvent à vouloir en parler avec des gens qui ont été dans des situations similaires. Car ils sont naturellement plus à même d'en comprendre et d'en partager la teneur.

Pour ma part, il y a donc des sujets que je n'aborde plus (ou alors très vaguement) avec des amis dont je sais qu'ils n'ont pas une appétence particulière pour le thême.

Avatar du membre
josef
Expert noël
Messages : 28
Enregistré le : mar. 4 févr. 2014 20:53

Re: Jeu = compétition ?

Message par josef » mer. 10 sept. 2014 11:02

Saki a écrit :Est-ce que vous (ou des joueurs de votre connaissance) êtes arrivés au gn en pensant y trouver tout autre chose ?
Honnêtement je ne me souviens pas de mes attentes initiales lors de mes premiers GN. Tout ce que je me souviens c’est que ces attentes ont évolué plusieurs fois au fil du temps et de mes remises en question et continuent d’évoluer aujourd’hui.
Saki a écrit :Est-ce que vous avez aussi du mal à faire accepter à vos proches que ce n'est qu'un jeu immersif sans aucune compétition ni volonté de thérapie (ni sexe, mais il paraît que dans certains jeux.... tiens, ça c'est aussi une question qui m'intrigue d'ailleurs, ça existe vraiment le "vrai" sexe en gn ?)
Tout dépend des interlocuteurs, de leur ouverture d’esprit, de ma familiarité avec eux et enfin de ma patience à leur expliquer la chose. Par exemple j’ai joué cet été un jeu qui reste comme ma nouvelle expérience optimale et dont je suis sorti totalement chamboulé sur le plan émotionnel. Mon rôle sur ce jeu (ou en tout cas la lecture que j’en ai eut) n’avais aucun élément compétitif ou thérapique, l’aspect compétitif n’était pas totalement absent du jeu mais sur le plan narratif de mon personnage il constituait un élément d’arrière plan.

J’ai tenté d’expliquer à nombre de personnes, GNistes ou non, ce qui a rendu mon expérience de jeu exceptionnelle. Quelque part l’expliquer (en particulier a des néophytes) m’a permis de mieux cerner cette expérience de jeu en « posant » les mots sur ces concepts.

Mes parents, non GNistes mais habitués à m’entendre parler de mes GN, ont étés probablement les plus réceptifs et les plus à même de comprendre les différences d’intension et d’objet entre ce type de GN et d’autres GN précédents dont je leur avais parlé (où l’aspect Gamiste était présent et assumé).

D’un autre coté des amis, pourtant eux-mêmes GNistes aguerris, mais de culture de jeu Gamiste, ont étés parfaitement hermétique à mon propos en particulier lorsque ils tentaient de résumer à d’autres ce que je leur avais expliqué et que l’on tombait dans des clichés « t’a winné ton gn » similaire a ce que Tomas nous as écrit dans son post (bon sauf qu’eux ce n’était pas de l’humour cynique). Enfin objectivement je ne suis pas sur que ne n’aurais pas eut la même réaction il y a de ça pas si longtemps.


Pour approfondir un peu le sujet de la « généralisation » Gamiste du grand public. L’aspect Gamiste des GN est probablement ce qui se rapproche le plus d’une pratique sportive et il est quelque part logique que le grand public cherche à assimiler le GN à une activité qu’ils connaissent, dont ils sont capable de comprendre les intérêts, les objectifs et les enjeux.

Lorsque je suis parti sur mes premiers GN avec un groupe de potes au Lycée mes parents voyaient principalement la chose comme « un week-end en plein air ou il va faire du sport loin de son pc ». En rencontrant encore cet été les parents de jeunes du même âge qui les déposaient à Kandorya je sais qu’ils y voient la même chose, même lorsqu’ils ont parfaitement conscience que leur vision est partielle et erronée, car pourvoir rapprocher le GN d’une activité qu’ils connaissent permet de se rassurer.


Pour approfondir enfin le cas de la « lecture gamiste universelle » de tout(es) jeux / personnage / situation de jeu tels que nous l’a illustré Thomas par ces exemples. Il est vrai que dans de très nombreux cas on pourrais avoir une lecture exclusivement si ce n’est majoritairement gamiste du jeu, même si c’est souvent aller a l’encontre des intentions de jeu des organisateurs donc passer a coté du jeu ce qui est dommageable tant pour soi que pour les autres participants. Il existe cependant des jeux qui ne peuvent pas avoir de lecture gammistes. Je pense par exemple au Slow Gaming dont on parle dans la pièce d’à côté.

Pour moi la condition se fait sur la notion d’objectif. Tout personnage qui as des objectifs (qu’ils soient définis explicitement ou non) intègre des composantes Gamistes (attention, l’aspect compétitif n’est qu’une forme de gamisme parmi d’autres), de même avoir une lecture gamiste d’un personnage qui n’est pas pensé comme tel par les scénaristes / organisateurs reviens plus ou moins à se chercher / fabriquer de toutes pièces des objectifs la ou il y en a pas.

Répondre