QM150 : GN Blues

principalement autour des huis clos et autres petits GN, mais aussi pour le plaisir de flooder.
Avatar du membre
lucieXperience
Murder 9851,12
Messages : 1489
Enregistré le : mar. 8 févr. 2011 17:12
Contact :

QM150 : GN Blues

Message par lucieXperience » mar. 24 juin 2014 11:19

C'est quoi le GN Blues ? Le GN blues des joueurs est-il différent de celui des organisateurs ?
Je m'explique : pour moi, en tant qu'orga, mon GN blues est à peu près le même blues que je ressens quand j'ai passé un week end ou des vacances entre amis et que je veux y retourner. Pour moi le blues tient plus à l'expérience que l'on a vécue dans son ensemble et aux gens que l'on a rencontrés plutôt qu'au jeu.

Mais je ne suis pas joueuse, du coup est-ce que c'est le même type de blues pour les joueurs ou est-ce qu'il y a autre chose ?
le site internet d'eXperience et son livre d'or qui ne demande qu'à être rempli !

Avatar du membre
Baptiste
Expert du d'avance
Messages : 823
Enregistré le : sam. 26 févr. 2011 14:02

Re: QM150 : GN Blues

Message par Baptiste » mar. 24 juin 2014 11:38

Presque toujours lié aux gens et à l'expérience générale, plus qu'au perosnnage, pour moi.

J'ai envie d'y retourner, mais pas forcément de redevenir mon perso.
Les joueurs me manque, pas les personnages. Et c'est un sentiment plutôt agréable et positif, bien qu'empreint de mélancolie et de nostalgie. Il est rendu pénible par les paramètres extérieurs, comme une journée de boulot.

Avatar du membre
Thomas B.
Initiateur de roleplay
Messages : 440
Enregistré le : lun. 19 déc. 2011 13:58

Re: QM150 : GN Blues

Message par Thomas B. » mar. 24 juin 2014 11:43

Pareil, plus le sentiment d'avoir créé une zone autonome temporaire, un moment de réalité partagée et fugace. C'est assez précieux dans un monde assez prévisible.

En tant qu'orga mon blues est pire qu'en tant que joueur, car la quantité de boulot (et de souffrance) en amont a été plus importante. Donc plus de fatigue, plus d'attente, plus de charge émotionnelle façon "c'est mon bébé" (baby blues effectivement).

C'est aussi pour ça que je prends mon pied en ce moment dans d'autres formes d'expression, qui demandent bien moins de travail de préparation. J'ai le même sentiment en retour de tournoi de slam qu'en retour de GN (gens sympas, création commune, moments magiques), mais avec beaucoup moins de boulot et de stress avant.

Avatar du membre
Muriel A
Expert de manches
Messages : 218
Enregistré le : mer. 18 sept. 2013 05:46

Re: QM150 : GN Blues

Message par Muriel A » mar. 24 juin 2014 17:09

Perso je distingue trois aspects :

- en tant qu'orga c'est le relâchement de la pression, même sur une réédition, même sur un jeu rodé. L'investissement en temps et énergie représente une charge, c'est un contrecoup du stress impliqué. Sur une première orga, surtout exigente, il y a en effet un côté post-partum/affect personnel

- pour la majorité des joueurs, c'est effectivement le blues "retour de vacances", accentué à mon sens par la dimension communautaire, le fait de jouer/créer ensemble et de tisser des liens. C'est le plus fréquent, le côté "j'aimerais y être encore"

- mais pour moi il y a un 3è niveau, qu'on voit apparaître dans les expériences de jeu qui ont été particulièrement intenses ou très émotionnelles, où des joueurs revendiquent, c'est l'expression qui revient le plus fréquemment, l'impression d'avoir du mal à se sortir du personnage, d'être encore "dedans". Pour moi c'est plus rare, mais ce qui mériterait vraiment d'être considéré comme tel, la situation où l'expérience de GN a été tellement intense qu'elle modifie la perception, suscite des réflexions, et a directement un impact sur la conscience du joueur concerné.

Avatar du membre
Thomas B.
Initiateur de roleplay
Messages : 440
Enregistré le : lun. 19 déc. 2011 13:58

Re: QM150 : GN Blues

Message par Thomas B. » mar. 24 juin 2014 17:17

Muriel A a écrit :Pour moi c'est plus rare, mais ce qui mériterait vraiment d'être considéré comme tel, la situation où l'expérience de GN a été tellement intense qu'elle modifie la perception, suscite des réflexions, et a directement un impact sur la conscience du joueur concerné.
Pour moi c'est n'est pas un blues, juste un réajustement identitaire. Je ne suis pas triste de redevenir moi :)

Après le Galactica, j'étais même carrément content de ne plus jouer le gros connard colonisateur. Après Mad about the boy, l'infâme bourgeoise capitaliste. Par contre j'ai mis 48h à arrêter de penser à mes mouvements de hanches et de bras (le corps tu peux pas test), et des semaines à ce que ma perception des sapes et du maquillage des femmes de mon âge et plus redevienne "normale".

Avatar du membre
Muriel A
Expert de manches
Messages : 218
Enregistré le : mer. 18 sept. 2013 05:46

Re: QM150 : GN Blues

Message par Muriel A » mar. 24 juin 2014 20:51

Thomas B. a écrit : Pour moi c'est n'est pas un blues, juste un réajustement identitaire. Je ne suis pas triste de redevenir moi :)
Moi non plus. Et certains éléments de personnage, on est effectivement bien content de s'en débarrasser (pour contribuer aussi sur des exemples persos, dans l'année passée, relations abusive, incestueuse, et épouse battue en public. Plutôt contente de sortir du jeu, oui)

Là dessus, il n'empêche que le phénomène inverse existe, quand des éléments de personnages entrent particulièrement en résonance avec une partie de ce que l'on est, et qu'ils soulèvent des problématiques personnelles. J'en ai eu l'exemple récemment avec une de mes joueuses sur le Rêves d'Absinthe, qui m'a clairement expliquée que son adhésion au personnage provenait d'analogies avec son histoire personnelles (dont je n'avais pas conscience en lui attribuant le rôle, je précise), et qui a clairement eu un jeu particulièrement intense de ce fait. Après je n'ai pas forcément de terminologie pour ça, et je ne sais pas à quel point ça peut jouer dans le GN-Blues, mais ça fait tout de même un moment que je l'observe, et que ça laisse à réfléchir.

Avatar du membre
Thanos
Expert du d'avance
Messages : 800
Enregistré le : mer. 25 mai 2011 08:55
Localisation : Saint Joseph
Contact :

Re: QM150 : GN Blues

Message par Thanos » mer. 25 juin 2014 07:42

Quand je vois les messages concernant le GN blues proliférer sur Facebook après les GNs, je me demande si je suis un cas isolé ou pas, mais ça fait des années que je n'ai plus ressentie de GN blues. Au final, depuis que je suis avec Sabine, parce qu'on rentre ensemble des GNs et qu'on continue d'en parler sur le retour et tout. Avant, quand je rentrais et que je me retrouvais tout seul chez moi, ça m'arrivait d'en avoir et du coup, ça me durait plusieurs jours, mais plus du tout maintenant.
Et ce n'est pas pour ça que je ne ressens rien en GN, bien au contraire. Et ça m'arrive de me prendre des claques, mais une fois le jeu fini, ben c'est fini. J'aime rester discuter avec les joueurs, les orgas le plus longtemps possible avant de rentrer mais pas de blues une fois que je pars. Et ça ne veut pas dire pour autant que j'arrête de penser au jeu dès que je passe la porte du site. Ceux qui m'ont marqué vont me trotter dans la tête plusieurs jours, mais je n'ai plus eu ce coté blues/manque depuis au moins 5 ans.

Avatar du membre
Sam
Expert de la nation
Messages : 107
Enregistré le : jeu. 15 août 2013 13:38

Re: QM150 : GN Blues

Message par Sam » mer. 25 juin 2014 07:58

Je suis dans le même cas que toi, Thanos. Je ressens une foule d'émotions en GN mais je retourne très vite à mon quotidien et je n'éprouve que très rarement de la nostalgie. La dernière fois, c'était pour Afrosiatik. Sans doute parce que le jeu était très court et que l'expérience communautaire autour, la créativité et l'émulsion collective, a particulièrement bien marché, avant, pendant et après le jeu. C'est surtout le "après" qui a fait survivre quelques jours l'esprit de ce GN. Mais avant Afrosiatik, ça faisait plusieurs années que je n'avais pas éprouvé cette sensation, cette envie de voir l'expérience perdurer. Et depuis, je ne l'ai plus ressenti.

Edit : je parle uniquement en tant que joueur, ici.
Modifié en dernier par Sam le mer. 25 juin 2014 11:10, modifié 1 fois.

Avatar du membre
lucieXperience
Murder 9851,12
Messages : 1489
Enregistré le : mar. 8 févr. 2011 17:12
Contact :

Re: QM150 : GN Blues

Message par lucieXperience » mer. 25 juin 2014 09:02

Personnellement j'ai le blues après tous les événements organisés par eXperience (même les réunions Dodgeball) juste parce que ce sont de bons moments passés avec mes amis. Plus ils sont longs, moins j'ai envie de retourner au boulot. Mais effectivement Thanos, je pense que tu as raison, je ne ressentirais peut-être pas autant de blues si je ne vivais pas seule.

Après la première session de Carmen j'ai eu un bon gros blues, déjà à cause de la descente après un stress intense, mais aussi parce que c'était très dépaysant : 16h de bagnole avec les amis, maison de famille très chère à mon coeur, belles rencontres avec des gens qui habitent loin du coup qu'on ne reverra pas souvent. Du coup c'est sûr que quand tu rentres dans ta maison toute seule après 3 jours en communauté, heureusement que tu as un reste de saucisse sèche...
le site internet d'eXperience et son livre d'or qui ne demande qu'à être rempli !

Avatar du membre
kilourh
Expert emptoire
Messages : 986
Enregistré le : lun. 21 févr. 2011 21:56
Localisation : Saint Etienne

Re: QM150 : GN Blues

Message par kilourh » mer. 25 juin 2014 09:14

Je pense que le fond du problème est là : seul, on est plus sujet au blues que lorsqu'on est encore accompagné. Surtout parce qu'effectivement, on a vécu un moment en communauté...

Pourtant, je ressens pour ma part un manque certain qui correspondent aux manques du personnage, et pas forcément du joueur. Quand j'ai des relations fortes avec d'autres personnages, que ces relations ont effectivement été jouées durant le jeu, je les garde en tête, et les personnes avec qui j'ai partagé ça me manque vraiment. On peut considérer que c'est une fois de plus le côté communautaire, partage qui me manque, mais je pense aussi que je conserve une partie des sentiments du personnages. Ainsi, si j'étais amoureux, une partie de moi (toute petite) reste amoureuse de la personne en question.

En cela, j'ai le blues car désormais cette personne est loin. Mais je ne le ressens que durant la journée, que je passe la majorité du temps seul. Une fois le retour de ma vraie amoureuse, tout va bien, et je n'y pense plus vraiment...
Jérome

Comptes de fées en ligne sur ce site...

Répondre