QM119 : "L'appropriation culturelle"

principalement autour des huis clos et autres petits GN, mais aussi pour le plaisir de flooder.
Avatar du membre
kilourh
Expert emptoire
Messages : 985
Enregistré le : lun. 21 févr. 2011 21:56
Localisation : Saint Etienne

Re: QM119 : "L'appropriation culturelle"

Message par kilourh » jeu. 20 nov. 2014 09:56

Cire de Sacub a écrit : Qui suis-je pour connaître les implications concrètes de cette manière de vie dans le quotidien de l'époque ?
Tu es l'orga !

Au final, ton jeu est une manière de raconter une histoire, une histoire que tu as toi-même réfléchi. Et au final, si tu veux retranscrire un truc à une époque mais pas le reste, c'est ton choix.

Pour reprendre l'exemple du Carmen Chabardès (que j'ai eu la chance de jouer), le silence était vraiment primordiale. Et cela n'a pas détruit le jeu des joueurs, pas du tout, mais au contraire l'a considérablement enrichi. Sur le jeu, j'ai joué le patriarche. Et ben je peux vous dire que j'en ai usé du silence. J'ai très peu parlé, préférant écouter pendant de longues période le tic-tac de l'horloge. Je peux vous dire que l'ambiance était bel et bien là ! Et du coup, notre plaisir en tant que joueur fut décuplé.

L'atelier sur le silence nous a permis, m'a permis, de nous décomplexer. On n'avait le droit de rien dire pendant des longues périodes, sans imaginer qu'on avance pas dans le jeu, qu'on ne donne pas du jeu aux autres etc.

Et j'ajoute que Lucie n'était pas derrière notre dos pour nous dire : "tu ne dois pas dire cela, ou tu dois dire cela". On était totalement libre de jouer comme on le voulait.

Autre intérêt à l'atelier sur la perception des joueurs : savoir comment réagir entre nous. On a beau écrire sur des pages et des pages que le patriarche, en 1905, personne ne le contredit. Sur un GN, tu peux être sûr qu'il va l'être. Surtout si le joueur n'a pas la prestance et le charisme qui va bien. Or là, avec les ateliers, j'ai précisé que j'étais pas sûr d'avoir la prestance du personnage, on a convenu qu'à chaque fois que je prenais la parole, tout le monde se taisait. Et ben je peux te dire que ce fut un kiffe incroyable. Je n'ai pas levé la voix une seule seconde. D'un autre côté, je parlais peu, ce qui fait que je laissais les autres s'exprimer. Je pense que le rendu était là, et que tous ont pris vraiment leur pied !
Jérome

Comptes de fées en ligne sur ce site...

Avatar du membre
Cire de Sacub
Agrégé d'iconographie Murderienne
Messages : 560
Enregistré le : sam. 8 nov. 2014 12:09

Re: QM119 : "L'appropriation culturelle"

Message par Cire de Sacub » jeu. 20 nov. 2014 15:13

Ma perception de l'orga est un peu différente. J'ai appris qu'en GN la règle est l'humilité car les orgas sont toujours, d'une manière ou d'une autre, dépassés par la situation. Car le jeu est proposé par l'orga mais il appartient aux joueurs. Je ne cherche plus à raconter une histoire aux joueurs et maintenant j'attends qu'ils me la racontent !
J'ai bien compris que les ateliers ont le but de dépasser les limites de l'écrit. Pour ma part, j'ai appris à utiliser et faire confiance à cet écrit. Un "atelier" (qui est en fait un véritable briefing utile) peut rappeler en vitesse quelques consignes et revenir sur des questions des joueurs. Alors si vous voulez appeler ça un atelier, alors oui je fait de l'atelier sans le savoir. Mais alors, pour moi cela reste 5 à 10 minutes. Sauf que je continue à penser que mes brief ne sont pas des ateliers : pour moi ce mot sous tend des activités concrètes pour illustrer et/ou tester un propos. Expliquer une consigne n'est pas un atelier. Reconstituer hors contexte une scène pour expliquer cette consigne en la mettant en pratique est pour moi le début d'un atelier.
Comme toujours je suis persuadé qu'il y a beaucoup de points communs dans nos perceptions des choses et nos manières de faire, nous ne définissons pas de la même manière certains mots. D'où parfois une incompréhension. Mais si avant une discussion (en forum ou ailleurs) il faut faire un atelier pour repréciser nos définitions de chaque mot, certes les discussions gagneraient en clarté mais il y aurait bien peu de participants !!

Avatar du membre
kilourh
Expert emptoire
Messages : 985
Enregistré le : lun. 21 févr. 2011 21:56
Localisation : Saint Etienne

Re: QM119 : "L'appropriation culturelle"

Message par kilourh » jeu. 20 nov. 2014 16:20

C'est le problème d'une activité encore jeune : tout reste à définir.

Finalement, on pourrait résumer le terme atelier à : "tout ce qui se passe sur place, qui n'est pas le jeu, et qui prépare les joueurs au jeu, ou qui les prépare à sortir du jeu".

Bon je suis nul en définition (où est mon carnet du labogn avec son lexique...)

Après, quand je dis : c'est toi l'orga, donc tu fais ce que tu veux. J'entends surtout dans la réalisation du jeu et dans tes propositions. Après, le jeu se construit avec les joueurs bien sûr. Mais au final, on organise des jeux parce que ça nous fait triper, donc autant triper sur des trucs qu'on aime ! Et si ça plait aux joueurs, et ben tant mieux ! Mais si tu fais un truc qui te plaît pas, qu'est-ce que tu y gagnes ?

Je prends l'exemple du Ninjas nazis vs zombis communistes (un jeu sans atelier, même si on a voulu en proposer un, mais on a abandonné par manque de temps). On a fait deux sessions, la première fut éprouvante pour nous orgas, mais également pour les PNJ. Mais les joueurs se sont éclatés (en tout cas, les retours qu'on a eu). On a fait une seconde édition car on en avait envie, et on avait de la demande.

L'orga fut mieux gérer, moins prise de tête pour les PNJ, et les joueurs se sont une fois de plus éclater (pas tous malheureusement, mais c'était plus une question de trip de jeu différent, notre comm était peut-être à revoir, mais ce n'est pas le sujet). Malheureusement, à titre personnel, je n'ai pris aucun plaisir. Alors que pour la première session, j'en avais eu. Mais durant le jeu, je me disais qu'une chose : quand est-ce que c'est fini !!

Je peux te dire qu'on a plusieurs personnes qui demandent une troisième session. Et ben pour l'instant, je ne suis pas du tout prêt à remettre le couvert (bon, après, ceux qui me connaissent pourront dire que je change souvent d'avis, et peut-être que ce sera le cas, mais plus j'avance, plus j'en doute).

Donc oui, on fait un jeu pour les joueurs, mais on le fait aussi (et surtout) pour nous orgas !
Jérome

Comptes de fées en ligne sur ce site...

Avatar du membre
Cire de Sacub
Agrégé d'iconographie Murderienne
Messages : 560
Enregistré le : sam. 8 nov. 2014 12:09

Re: QM119 : "L'appropriation culturelle"

Message par Cire de Sacub » jeu. 20 nov. 2014 19:03

Très juste. Je vise haut, je suis ambitieux, je veux que tout le monde s'éclate ! Orga et PNJ compris.
Donc oui, comme je le disais, au final j'organise des jeux auxquels j'aurais aimé joué.
Quand je lis l'article de Lucie sur son GN expérimental Carmen, je me trouve même égoïste dans ma démarche ! Car elle a accepté de se mettre en retrait et pour le moins, de réduire son plaisir au moins sur l'instant. J'en suis incapable. Je veux profiter de certaines choses même si je suis rarement au bon endroit au bon moment !

Je propose un cadre de jeu. Les joueurs en disposent. Mon cadre est assez fort, des règles fournies, un univers précis. Mais il est vrai je n'ose en imposer davantage. Et puis j'ai globalement été gâté par des joueurs zélés et expérimentés qui ont toujours su se mettre en phase entre eux et avec le thème du jeu. Même les "nouveaux" qui venaient faire du GN pour la première fois se sont montrés époustouflants tant ils étaient tirés par le haut par les joueurs présents. Des joueurs pareils c'est un piège... pendant 15 ans je n'ai organisé que pour eux. Pas un seul désistement en 15 séances (de 13 à 20 joueurs). Mais je me suis enfermé. J'ai décidé de m'ouvrir. Pour cela, au delà de l'ouverture de mon nouveau jeu exclusivement avec des gens qui n'ont jamais joué à mes jeux, je cherche à comprendre les recherches, réflexions, expérimentations issus d'autres cercles de jeux. D'où ma présence ici et sur Rôle.

Peut-être que mon ouverture vers un plus large panel de joueur m'amènera à épouser certaines de vos théories. Car le fait de ne pas connaître à titre personnel un joueur nous expose à bien plus d'aléatoire. D'où parfois la nécessité de mieux définir les choses et faire davantage preuve de prudence et de didactisme. D'une certaine manière donc, je suis totalement inexpérimenté en GN "ouvert" en tant qu'orga.

Bref je m'instruis en vous lisant. Mais comme j'ai également un caractère chafouin et réactionnaire, je ne peux m'empêcher de jeter mon petit grain de sel à ma manière.

Pour être honnête je suis pas super client des GN second degré et humoristique. J'avais lu la présentation de ton GN et rien que le titre m'indiquait que ce n'était pas pour moi. J'aime le bon gros, bien lourd premier degré ! Finalement, le GN second degré est une forme pour moi de mise en abîme interprétative, et je n'ai pas envie de jongler de la sorte. Mais si des joueurs se sont trompés, à nouveau je clame haut et fort que ce n'est pas que de votre faute. Car la présentation était on ne peut plus claire. Le GN, je le redis, n'est pas à mes yeux un bien de consommation. C'est une démarche qui implique un investissement et une responsabilisation du joueur. J'ai réagi vertement à certaines de mes lectures car je crains une fois de plus à une infantilisation des joueurs qu'on transforme, au final, en consommateur. L'orga n'a pas toutes les responsabilités.

Répondre