QM106 : Du hors-jeu

principalement autour des huis clos et autres petits GN, mais aussi pour le plaisir de flooder.
Avatar du membre
lucieXperience
Murder 9851,12
Messages : 1489
Enregistré le : mar. 8 févr. 2011 17:12
Contact :

QM106 : Du hors-jeu

Message par lucieXperience » mar. 8 oct. 2013 18:01

Combien de hors jeu fait un joueur moyen au cours d'un GN ? Est-ce que vous pensez, comme moi que le hors-jeu est inévitable ou bien vous considérez que ceux qui passent hors-jeu sont des connards ?
le site internet d'eXperience et son livre d'or qui ne demande qu'à être rempli !

Gilles
Dénoueur de multi-intrigues
Messages : 139
Enregistré le : ven. 28 juin 2013 12:04
Localisation : Lyon

Re: QM106 : Du hors-jeu

Message par Gilles » mar. 8 oct. 2013 18:09

réponse HJ : ce sont des connards. Of course! :twisted:
Pourquoi faire simple quand on peut faire très, très compliqué?
In: Questions fondamentales de la psychologie à deux mains

Avatar du membre
Lila
Expert de miches
Messages : 513
Enregistré le : lun. 20 mai 2013 19:24

Re: QM106 : Du hors-jeu

Message par Lila » mar. 8 oct. 2013 22:04

Je fais désormais la différence entre le hors-jeu et le méta-jeu.
Le hors-jeu est vraiment un moment qui est extérieur au jeu. Fumer une clope, remettre son costume le dimanche matin, manger dans sa tente quechua une barre de céréales Carrefour, parler du dernier film qu'on a vu au ciné.
Le méta-jeu est du temps hors du personnage qui sert le jeu. Les moments entre les actes où l'on définit ce qui va advenir à nos personnages, les flash backs, les monologues, les métatechniques, les ateliers pré-gn... bref tout ce qui reconvoque l'instant ludique.

Le hors-jeu est assez inévitable sur de longs jeux. Personnellement, certains de meilleurs moments en GN sont des moments hors-jeu (je ne serai plus jamais acceptée sur un GN après cette phrase) parce que le GN c'est aussi un moment social avec des vrais gens.

Avatar du membre
Thomas B.
Initiateur de roleplay
Messages : 440
Enregistré le : lun. 19 déc. 2011 13:58

Re: QM106 : Du hors-jeu

Message par Thomas B. » jeu. 10 oct. 2013 08:24

lucieXperience a écrit :Combien de hors jeu fait un joueur moyen au cours d'un GN ?
Ca dépend de plein de choses, dont la durée du GN. Genre assez peu de gens prennent des douche en jeu. Et je ne parle même pas de ces salauds qui font du hors-jeu en dormant.
Est-ce que vous pensez, comme moi que le hors-jeu est inévitable
Sur un GN de plus d'une journée, oui. Sur un truc de quelques heures, non.
ou bien vous considérez que ceux qui passent hors-jeu sont des connards ?
Ca dépend du contrat social/de la culture de l'asso/des attentes des gens avant. Si on a clairement expliqué qu'on ne voulait pas de hors jeu (sauf question de sécurité évidente type chute, incendie), et que les gens en font quand même, oui, ce sont des connards. Si c'est autorisé/toléré/encouragé dès le début, pas de souci.

Gilles
Dénoueur de multi-intrigues
Messages : 139
Enregistré le : ven. 28 juin 2013 12:04
Localisation : Lyon

Re: QM106 : Du hors-jeu

Message par Gilles » jeu. 10 oct. 2013 11:00

[Mode provoc ON]
Thomas B. a écrit :Si c'est autorisé/toléré/encouragé dès le début, pas de souci.
Je ne suis pas d'accord : même si c'est autorisé, ils devraient comprendre. Et puis, je ne vois pas pourquoi la sécurité et autres billevesées devraient faire l'objet de disgracieux "break". Rien de tel qu'une jambe cassée en jeu pour garder des souvenirs impérissables de la compétence chirurgie enfin correctement appliquée. Vous croyez que les scouts ils font du hors-jeu au fond des bois?
Farador a écrit :C'est sérieux là... on joue !
[Mode provoc OFF]

De loin en loin cela me fait penser à deux choses: d'une part le projet de jeu en temps permanent 'L'éveil' qui se déroule dans la vie réelle. Le hors-jeu vient faire partie du jeu. Un peu comme dans The Game avec Sean Penn et Michael Douglas.

D'autre part, la survenue du hors jeu me semble proportionnelle à la faiblesse de l'immersion. Se convaincre qu'on est en jeu dans un med'bour alors que la voiture de Gégé est garée dans le champ visuel, ça consomme de l'énergie.
La consommation est d'autant plus forte que le GN est mal isolé, et que la dynamique est faible. D'où l'intérêt des ateliers de chauffe et d'un démarrage collectif.
Pourquoi faire simple quand on peut faire très, très compliqué?
In: Questions fondamentales de la psychologie à deux mains

Bross
Expert de manches
Messages : 238
Enregistré le : mer. 4 janv. 2012 19:08

Re: QM106 : Du hors-jeu

Message par Bross » jeu. 10 oct. 2013 13:59

Lila a écrit :le GN c'est aussi un moment social avec des vrais gens.
Dimension largement sous-estimée à mon avis, ET par les organisateurs ET par les joueurs. Dans la continuité des différents propos que j'ai pu tenir ou écrire sur la nécessaire qualité conventionnelle* d'un jeu réussi, et dans la mesure où il apparaît pour le moins fastidieux, voire impossible, de définir exhaustivement ladite convention, restent notamment les rapports humains, le ressenti, les affinités éventuelles, la communication non-verbale et l'intuition pour décider instantanément de la bonne conduite à tenir pendant le jeu, ceci sans bris d'immersion. Ce qui suppose que les personnes en soient capables, et déjà même désireuses. Quand on ne connaît pas les gens et qu'on est dans le stress d'un début de jeu, on a vite tendance à considérer son prochain comme un objet, pas comme un partenaire. Quand on est venu pour winner le GN, je n'en parle même pas.

Si le hors-jeu fait effectivement partie de la convention, alors il ne pose aucun problème. Sinon, il faut travailler à ce qu'il n'en pose pas, donc qu'il n'existe pas. La densité, la dynamique et la cohérence du jeu sont, comme le soulignait Gilles, des prérequis inévitables, intrinsèquement liés à la qualité et la continuité de l'immersion. Tout ça ne se décrète pas, mais peut s'atteindre si on s'en donne les moyens.

Je ne comprends pas comment des joueurs peuvent être dans un état d'écoute et de dialogue efficaces en commençant le jeu un vendredi soir en sautant de leur voiture comme des parachutistes après une semaine de taf, la sortie des bureaux, la route et autres aléas pré-GN.

Je ne comprends pas non plus comment des organisateurs peuvent se tirer une balle dans le pied en ne prenant pas le temps d'installer une atmosphère propice, détendue, de bienvenue**, de convivialité, quand ils ont prévu que les joueurs soient opérationnels 1 heure après leur arrivée sur site.

De la même manière un temps hors-jeu APRES le jeu peut être très utile, aussi bien pour dissiper les éventuels conflits / incompréhensions que pour partager l'expérience avec les vrais gens, et prendre le temps d'enlever le masque du personnage.

Le hors-jeu survient quand la convention ou l'environnement (physique, social ou narratif) du jeu ne proposent plus de réponses aux questions que peuvent se poser les joueurs. Soit on travaille à ce qu'ils n'aient aucune question à poser (convention parfaite), soit on prend le temps de leur donner les réponses. Voire, on leur donne la trousse à outils qui leur permettra de répondre de façon autonome à leurs propres questions. Que ces outils soient référentiels, conventionnels, développés en atelier, narratifs, sociaux ou mêmes arbitraires importe peu : avant de pouvoir jouer ensemble, avant de pouvoir jouir ensemble, quelques préliminaires ne sont pas facultatifs.

Les autres termes que j'ai pu lire plus haut ne sont pas innocents : il faut briser la glace et s'échauffer, se chauffer, pour démarrer ensemble, oui, mille fois oui. Un minimum de synchronisation, d'écoute, d'attention envers l'autre semble s'imposer si on veut jouer/jouir ensemble.

PS : je sais, ça fait plusieurs fois que je substitue ou que j'accole jouir à jouer, mais c'est étymologiquement pertinent d'une part, et d'autre part, plus je le fais, plus le parallèle me paraît évident.

* au sens de pacte, pas au sens de normal, habituel
** point soulevé par Lila dans une autre discussion et qui me paraît très très pertinent. Froidement, je dirais que la sensation d'être bienvenu crée une forme de dette au bénéfice de celui qui accueille. Le sentiment d'être redevable est un ressort parfait pour se mettre en situation d'écoute, de disponibilité, en toute humilité.

Avatar du membre
Pascal
Amiral du Fair-play
Messages : 712
Enregistré le : dim. 23 janv. 2011 21:06
Localisation : Château Gratry, Halluin, Nord
Contact :

Re: QM106 : Du hors-jeu

Message par Pascal » jeu. 10 oct. 2013 15:40

lucieXperience a écrit :Combien de hors jeu fait un joueur moyen au cours d'un GN ?
Je suis incapable de l'estimer de façon précise mais je dirais entre quelques uns et carrément beaucoup. Ca dépend de tellement de facteurs...
lucieXperience a écrit :Est-ce que vous pensez, comme moi que le hors-jeu est inévitable
Selon la durée et le contrat. Si le jeu s'affirme clairement comme anti-hors-jeu et s'en donne les moyens, ça joue quand même beaucoup ; on peut espérer une absence totale de hors-jeux. Toutefois, dès que la durée dépasse 8-10 heures, ça devient de plus en plus difficile à garantir. Au-delà d'une journée de jeu, je suis carrément dubitatif sur la possibilité de rester en jeu de façon permanente.
Notons toutefois qu'un jeu qui ménage des pauses programmées (voir les GN en plusieurs actes) augmente considérablement ses chances de maintenir les joueurs en jeu sur la durée. Deux raisons à cela :
- Les pauses permettent au joueur de soulager un peu la tension.
- Le jeu en actes permet de se concentrer sur les moments qui ont du sens et réduit de façon drastique les périodes de creux, qui sont très hors-jeutogènes.
lucieXperience a écrit :ou bien vous considérez que ceux qui passent hors-jeu sont des connards ?
C'est une question de circonstances et de dosage. Un jeu dont le contrat est clairement "roleplay continu et à fond" va faire du hors-jeu un comportement irrespectueux et nuisible au plaisir de tous. A l'inverse, on excusera facilement le hors-jeu sur un GN qui traîne en longueur et présente des périodes creuses. Faire un peu de hors-jeu de façon occasionnelle est excusable au point d'être anecdotique. A l'inverse, faire dans le hors-jeu fréquemment et entraîner d'autres joueurs dans la démarche est clairement un comportement qui penche du coté connard.
Mister May !

Le Wargs, c'est ici : www.wargs.org

Gilles
Dénoueur de multi-intrigues
Messages : 139
Enregistré le : ven. 28 juin 2013 12:04
Localisation : Lyon

Re: QM106 : Du hors-jeu

Message par Gilles » jeu. 10 oct. 2013 22:49

Lila a écrit:
le GN c'est aussi un moment social avec des vrais gens.
Bross a écrit:
Dimension largement sous-estimée à mon avis, ET par les organisateurs ET par les joueurs.
ça me fait penser qu'il y a maintenant presque dix ans (Aouwach!) j'avais écris un papier sur ce thème.
http://www.aufildujeu.com/articles/05-2 ... es_simples" onclick="window.open(this.href);return false;

ça m'a fait plaisir et plein de choses émues de passer sur Au Fil...
Pourquoi faire simple quand on peut faire très, très compliqué?
In: Questions fondamentales de la psychologie à deux mains

Avatar du membre
Baptiste
Expert du d'avance
Messages : 823
Enregistré le : sam. 26 févr. 2011 14:02

Re: QM106 : Du hors-jeu

Message par Baptiste » lun. 14 oct. 2013 11:47

est ce qu'on peut récupérer ce papier pour electro-gn en citant les sources à ton avis ?

Gilles
Dénoueur de multi-intrigues
Messages : 139
Enregistré le : ven. 28 juin 2013 12:04
Localisation : Lyon

Re: QM106 : Du hors-jeu

Message par Gilles » lun. 14 oct. 2013 14:33

Aucun soucis de mon côté, ayant écrit l'article. Comme ça fait dix ans, je le reprendrai probablement un peu. Ensuite, l'article est sur le site créé par Shiva Thomas. Il faut lui demander :-)
Pourquoi faire simple quand on peut faire très, très compliqué?
In: Questions fondamentales de la psychologie à deux mains

Répondre