QM93 : jouer avec des contraintes physiques

principalement autour des huis clos et autres petits GN, mais aussi pour le plaisir de flooder.
Avatar du membre
Thomas B.
Initiateur de roleplay
Messages : 437
Enregistré le : lun. 19 déc. 2011 13:58

Re: QM 93 : jouer avec des contraintes physiques

Message par Thomas B. » mer. 28 août 2013 10:47

kilourh a écrit :Personne n'a vraiment répondu à l'idée de jouer deux frères ou sœurs siamois(es). Car ici la contrainte est ailleurs, en plus d'être gêné dans vos mouvements, il faut jouer tout le jeu avec une personne collée à vous...
Je l'ai vu au steampunk de la STIM, en Suisse, je crois que le joueur et la joueuse était un couple, donc ça aide. Et ça donnait plutôt bien (liés par le bras seulement je crois) :)

Bross
Expert de manches
Messages : 238
Enregistré le : mer. 4 janv. 2012 19:08

Re: QM 93 : jouer avec des contraintes physiques

Message par Bross » jeu. 5 sept. 2013 14:37

Les siamois, c'étaient seulement des potes #quichoucheavecquidanslepetitmondedugn et, de mémoire, ont saisi l'occasion de se faire "séparer" quand ils ont pu.

Je ne suis pas fan de la contrainte physique, la plupart du temps, c'est anecdotique au mieux, voire carrément casse-couilles pour un bénéfice très mince.

/pente glissante on

C'est un peu comme le travestissement / le changement de sexe.

Le corps du joueur, c'est une partie des outils dont il dispose pour à la fois ressentir et s'exprimer. C'est un espace de dialogue, d'échange, de communication au même titre que l'expression verbale.
Handicaper cet outil c'est, la plupart du temps, nuire au jeu. Pour ça, je n'écris plus aucun rôle de boiteux, de borgne, de muet, etc... si la contrainte ou le handicap est seulement cosmétique.

Néanmoins si la contrainte peut servir le jeu, si elle permet la construction d'un jeu particulier autour du handicap, si ce handicap impacte réellement l'histoire de façon originale, alors pourquoi pas. Typiquement, la cécité est un domaine qu'il me plairait d'explorer. Avec un joueur consentant, dans le cadre d'un jeu qui, d'une façon que j'ignore encore, rende un personnage donné plus intéressant aveugle que voyant.

Résumé : si la contrainte est centrale dans un personnage, oui. sinon, non.

Avatar du membre
Thomas B.
Initiateur de roleplay
Messages : 437
Enregistré le : lun. 19 déc. 2011 13:58

Re: QM 93 : jouer avec des contraintes physiques

Message par Thomas B. » mer. 2 oct. 2013 12:14

Autopub éhontée pour ma critique de Mad about the Boy, le jeu dont Baptiste et moi parlions au sujet des contraintes intéressantes: c'est là. Le seul truc vraiment nouveau par rapport à ce que j'avais écrit ici est que ce sont justement les contraintes physiques qui sont restées le plus longtemps avec moi après le jeu. Démarche, posture... et (absence de) poils :)

Christian
Expert européen de la murder party
Messages : 3
Enregistré le : mar. 25 mars 2014 19:46

Re: QM 93 : jouer avec des contraintes physiques

Message par Christian » mar. 8 avr. 2014 12:50

J'ai un vague souvenir d'avoir joué un ogre à 2 têtes et 3 jambes en PNJ.
Cela rejoint aussi la QM sur l'humour en GN, parce qu’on s'est bien marrés.

Avatar du membre
Baptiste
Expert du d'avance
Messages : 823
Enregistré le : sam. 26 févr. 2011 14:02

Re: QM 93 : jouer avec des contraintes physiques

Message par Baptiste » mar. 8 avr. 2014 13:11

la troisième jambe était faite comment ?

Pink
Murder 6000
Messages : 324
Enregistré le : jeu. 23 août 2012 08:33

Re: QM 93 : jouer avec des contraintes physiques

Message par Pink » mar. 8 avr. 2014 14:11

Baptiste a écrit :la troisième jambe était faite comment ?
:lol:

Avatar du membre
stephane
Connaisseur en points d'action
Messages : 76
Enregistré le : jeu. 29 mars 2012 20:24

Re: QM 93 : jouer avec des contraintes physiques

Message par stephane » mer. 22 avr. 2015 09:32

J'ai joué un aveugle sur un huis-clos classique de 4-5 heures. Je l'avais fait parce que je savais que le décor ne serait pas réaliste du tout et c'était mon moyen au départ d'avoir du 360°.

Ça a été une très bonne expérience. Intéressante. Je me suis aperçu par exemple que j'avais du mal à reconnaitre les gens par leur voix, il me fallait fréquemment demander à qui je parlais.
Un autre joueur, qui était d'un rang inférieur dans la hiérarchie de notre groupe, m'aidait à aller d'un lieu à un autre mais au milieu du jeu, je me suis retrouvé un peu seul (mon assistant ayant trépassé ). Par coup de bol - deux décès opportuns, pas de ma main - je me suis retrouvé à une table de négociation. Je me suis régalé. Être aveugle et intransigeant était très agréable à jouer en terme de roleplay (et une vraie force du point de vue de la négociation, déstabilisant pour mes adversaires). Tourner son regard aveugle vers une voix, etc. Mais le jeu aurait pu être pourri si j'étais resté dans un rôle subalterne, qui était normalement le mien.

Donc, ce peut être une piste pour ce genre de rôle. Compenser la contrainte physique par une fonction - ou tout autre élément fort - qui amène du jeu à vous si - physiquement - vous ne pouvez pas aller à lui.

Ça c'était pour le GN classique.

Dans le cadre du GN expérimental, j'ai plusieurs expériences de jeux avec des contraintes physiques fortes, qui s'appliquaient à tous les participants. Un jeu où nous étions complètement aveugle, un autre où nous étions muets et un dernier où nous étions muets et contraints dans nos mouvements.
C'était à chaque fois des jeux courts (2 heures maximum de jeu réel en moyenne en sus des ateliers) et à la limite de ce que beaucoup qualifieraient de GN (mais laissons ce débat là de côté).

Celui où nous étions aveugles - A Beginning - était surtout une expérience sensorielle. Il n'y avait pas d'histoire au sens classique ( problème => conflit => résolution), nous étions juste des créatures non définies qui naissaient à la vie, qui découvraient leur corps, leur environnement et leurs congénères.

Le plus élaboré pour l'histoire qu'il permettait de construire est The White Death. C'est le jeu où nous étions muets - où plutôt privé de langage articulé, mais des rires, des grognements étaient possibles - et contraints dans les mouvements. L'histoire est celle d'un groupe qui a voulu fonder une société idéale au sommet d'une montagne. Mais rien ne se passe comme prévu et la société se délite. Les personnages sont taillés à la mesure des moyens de communication dont nous disposons. Nous n'avons pas de nom, la société n'est pas décrite au-delà de ces prémisses, nous avons quelques relations primaires (je suis proche de cette personne, je cherche à dominer cette autre et cette dernière est mon ennemi). Il y a d'autres éléments que je ne décris pas ici. Mais ça fonctionne, la limitation impose de communiquer physiquement, visuellement, ou par les sons. Et de s'en tenir aux éléments les plus forts : la haine, l'amour, la crainte. Quant à la contrainte physique - qui est absurde, je devais par exemple me déplacer comme si un ruban élastique très puissant liait mes mains, et un autre mes pieds - elle fait écho à la situation générale (l'échec d'une libération) mais elle est aussi un apport pour le personnage (de manière inconsciente car elle change la manière de penser son corps, et de manière consciente car on peut s'en servir pour se demander ce que ça révèle du personnage qu'on interprète ).

Je kiffe ce style de jeu. Je les trouve libérateurs. Si vous trouvez le lâcher-prise, vous restez dans l'instant, vous construisez en permanence votre histoire et vous la pensez et la vivez en partie sur un niveau abstrait qui change vraiment du style réaliste habituel. En fait, pour moi, ces jeux sont parmi les plus immersifs que j'ai pu jouer. Et pourtant, pas de costume, pas de décor. Un autre chemin vers l'immersion peut-être. Paradoxal, non ?

Avatar du membre
Cire de Sacub
Agrégé d'iconographie Murderienne
Messages : 560
Enregistré le : sam. 8 nov. 2014 12:09

Re: QM 93 : jouer avec des contraintes physiques

Message par Cire de Sacub » sam. 25 avr. 2015 23:05

Bross a écrit :Les siamois, c'étaient seulement des potes #quichoucheavecquidanslepetitmondedugn et, de mémoire, ont saisi l'occasion de se faire "séparer" quand ils ont pu.

Je ne suis pas fan de la contrainte physique, la plupart du temps, c'est anecdotique au mieux, voire carrément casse-couilles pour un bénéfice très mince.

/pente glissante on

C'est un peu comme le travestissement / le changement de sexe.

Le corps du joueur, c'est une partie des outils dont il dispose pour à la fois ressentir et s'exprimer. C'est un espace de dialogue, d'échange, de communication au même titre que l'expression verbale.
Handicaper cet outil c'est, la plupart du temps, nuire au jeu. Pour ça, je n'écris plus aucun rôle de boiteux, de borgne, de muet, etc... si la contrainte ou le handicap est seulement cosmétique.

Néanmoins si la contrainte peut servir le jeu, si elle permet la construction d'un jeu particulier autour du handicap, si ce handicap impacte réellement l'histoire de façon originale, alors pourquoi pas. Typiquement, la cécité est un domaine qu'il me plairait d'explorer. Avec un joueur consentant, dans le cadre d'un jeu qui, d'une façon que j'ignore encore, rende un personnage donné plus intéressant aveugle que voyant.

Résumé : si la contrainte est centrale dans un personnage, oui. sinon, non.
+1

Avatar du membre
hoog
Général En-Jeu
Messages : 259
Enregistré le : sam. 10 mai 2014 23:59
Contact :

Re: QM 93 : jouer avec des contraintes physiques

Message par hoog » mar. 28 avr. 2015 17:39

J'adore les contraintes physiques en GN. C'est du roleplay en barre !

Le cas du siamois est un peu unique, parce qu'il lie énormément ton jeu à celui de l'autre, donc il faut bien le préparer avec la personne.

Répondre