Quand notre langage fait de nous des joueurs consommateurs

principalement autour des huis clos et autres petits GN, mais aussi pour le plaisir de flooder.
Répondre
Avatar du membre
lucieXperience
Murder 9851,12
Messages : 1486
Enregistré le : mar. 8 févr. 2011 17:12
Contact :

Quand notre langage fait de nous des joueurs consommateurs

Message par lucieXperience » jeu. 3 août 2017 12:05

Tout à l'heure sur facebook j'ai vu passer le post d'une de mes contacts qui se "plaignait" gentiment de la date trop rapprochée de deux GN auxquels elle participe. Je suis complètement concernée puisque le premier (Nexus 6) est organisé par mon association et le 2nd (Cie Lou Cheyenne) est organisé par moi.

En soi, c'est parfaitement anodin. La joueuse était motivée par les deux jeux, elle s'y est inscrit et manque de bol ils sont l'un à la suite de l'autre sur deux weekends.
Sauf qu'on a connaissance de la date quand on s'inscrit à un GN et que si on fait le choix de s'inscrire à deux GN deux weekend de suite, c'est notre choix de joueur, fait en toute conscience. C'est notre responsabilité.
Les orgas font ce qu'ils peuvent et jonglent avec plusieurs paramètres quand ils choisissent une date pour leur jeu. Même les plaisanteries les plus anodines en apparence sont révélatrices de quelque chose et sans rien reprocher à la joueuse, je trouve qu'il faut faire attention à notre langage qui est pas mal révélateur.

Je vois souvent passer des plaisanteries de joueurs qui font de mini-reproches aux orgas sur le ton de la plaisanterie (sur la date, sur la non-réorganisation, sur leur sadisme, etc.), ce n'est rien. Mais en fait ça entretient un système où toute la responsabilité va sur les épaules de l'orga, un système où le joueur n'est qu'un consommateur, un système où on oublie qu'un GN est une création collective dans laquelle la responsabilité est partagée. Je trouve ça intéressant de faire attention à nos plaisanteries, parce qu'elles sont souvent plus révélatrices que l'on croit.
le site internet d'eXperience et son livre d'or qui ne demande qu'à être rempli !

Avatar du membre
Thanos
Expert du d'avance
Messages : 801
Enregistré le : mer. 25 mai 2011 08:55
Localisation : Saint Joseph
Contact :

Re: Quand notre langage fait de nous des joueurs consommateu

Message par Thanos » dim. 6 août 2017 22:38

Si elle avait connaissance des dates au moment de l'inscription, je ne vois pas de quoi elle peut se plaindre...

Pink
Murder 6000
Messages : 324
Enregistré le : jeu. 23 août 2012 08:33

Re: Quand notre langage fait de nous des joueurs consommateu

Message par Pink » mer. 30 août 2017 14:09

lucieXperience a écrit : un système où toute la responsabilité va sur les épaules de l'orga, [...] un système où on oublie qu'un GN est une création collective dans laquelle la responsabilité est partagée.
C'est ce que j'essayais, de manière malhabile, de dire à propos de l' "orga martyr".

Il est louable de rémunérer en louanges et en idolâtries les gens qui s'investissent à tous les niveaux dans la mise en place d'un GN. Il est louable de traiter en hôtes de marque, individuellement, chaque joueur qui se présente et s'investisse sur un jeu en leur offrant une prestation clef en main (l'orga lui dit où dormir, lui fait sa liste de petit matériel à prendre, le nourrit, etc...). Il est normal de personnifier un jeu au travers de son auteur (qui en fait en est aussi souvent le scénariste, le metteur en scène, l'administrateur, l'intendant, le responsable des ateliers, etc...). Mais le prix de ce rapport particulier est une somme colossale d'efforts (faisant appel à un champs de compétences très large) à fournir pour notre organisateur.

Et je trouve qu'il existe une normalisation de la répartition asymétrique des rôles orgas-joueurs, ainsi qu'une banalisation (de valorisation ?) du syndrome d'épuisement de l'orga.

Au-delà cette situation crée aussi, à mon sens, 2 autres types d'attitudes :
- refus de s'investir sur des jeux où la co-création de personnage est une règle (ce type de jeu est considéré par la communauté comme "moins bon"). Le modèle "préféré", valorisé par des private-joke, ou des commentaires mettant en avant le défi que leur réalisation représente.
- refus d'organiser par peur de la charge de travail, de responsabilités qu'incombent à l'organisateur.

Répondre