GN : vers le grand schisme ?

principalement autour des huis clos et autres petits GN, mais aussi pour le plaisir de flooder.
Steve_J
Maître des PNJs
Messages : 39
Enregistré le : jeu. 15 sept. 2016 14:34

Re: GN : vers le grand schisme ?

Message par Steve_J » ven. 2 juin 2017 08:50

Pour les méta-techniques je disais justement qu'elles étaient clivantes ;) .
C'est pour les ateliers où l'opposition me semble surestimée. Que vous n'en utilisiez pas en tant qu'orga mais est-ce qu'on trouve vraiment des joueurs qui en font un critère de choix pour s'inscrire ou non à un jeu (vraie question) ?

Avatar du membre
Cire de Sacub
Agrégé d'iconographie Murderienne
Messages : 560
Enregistré le : sam. 8 nov. 2014 12:09

Re: GN : vers le grand schisme ?

Message par Cire de Sacub » ven. 2 juin 2017 09:53

Effectivement, et Thanos a également raison, ce n'est pas un critère de choix de joueurs. Pas encore. Car le schisme n'est qu'un point de vu, pas une réalité, encore moins une fatalité. Mais ça le devient ou peut le devenir.
Je vais donner un exemple très simple : on m'a parlé d'un jeu avec plus de 6 heures d'ateliers ! et je connais des personnes qui ne s'y sont pas inscrits quand ils ont appris la chose.

Thanos tu as raison, je fais partie des militants anti ateliers et je suis très prudent face à toutes les "nouvelles" techniques soit disant parées de 1001 vertus. Je reconnais que malgré un positionnement théorique un peu extrême, je reste assez souple dans ma pratique de joueur et d'orga.

Avatar du membre
Thomas B.
Initiateur de roleplay
Messages : 437
Enregistré le : lun. 19 déc. 2011 13:58

Re: GN : vers le grand schisme ?

Message par Thomas B. » ven. 2 juin 2017 10:17

N'ayant pas vécu cette mythique période d'unité de la communauté GNiste, je ne vois pas la situation actuelle comme un schisme.

J'ai fait mon premier GN en 1996, c'était un huis clos contemporain. Puis j'ai joué et organisé des dizaines de GN, en ai écrit un premier, c'était parfois du huis clos parfois du grand GN sur grand site... avant de jouer mon tout premier medfan en forêt en... 2008. Même année que mon premier GN nordique d'ailleurs. J'avais joué dans plusieurs pays, en plusieurs langues, sur plein de formats et d'univers différents avant de toucher ma première arme en latex.

Donc les soi-disant références communes, lingua franca, socle commun, les grosses assos etc, ça ne voulait rien dire pour moi. (Pareil pour D&D pour le jdr sur table d'ailleurs). Il y avait déjà plein de types de GN à travers le monde, manifestement le medfan orienté action héroïque en était un gros, mais le GN Vampire aussi, et ça s'insultait copieusement entre les deux dans les 1990s, et même au sein du GN Vampire entre assos, réseaux etc. (c'était hilarant d'être dans un réseau mondial pendant quelques années).

Bref, je suis super content que tous un tas d'approches existent, qu'elles soient très différentes, qu'elles aient des priorités différentes, des idées différentes sur ce qui constitue un GN intéressant/valable/innovant. Ca permet d'attirer plus de participant.e.s, montrer qu'il y a de la place pour les fans de gros films d'action, et pour les fans de petit films d'auteur intimistes. Et pour les gens qui ont envie de tester de temps en temps l'un, de temps en temps l'autre, et d'inventer des trucs encore jamais fait. Pour les gens qui ont envie de se mélanger, il y a des événements pour, genre les GNiales etc, pour les gens qui veulent rester dans leur trucs locaux habituels qu'ils y restent, et pour le reste y a internet. La vie est belle :)

Pour répondre à certains trucs qui m'ont choqué:
- Il y a des jeux pour lesquels 6h d'atelier se justifient complètement: genre si les personnages sont vraiment très différents de nous mais qu'on essaie de faire ça à fond, de toucher à l'intime. Et si il y a des fiches très light et une grande partie de co-création par les participant.e.s, prévue sur place (notamment des dynamiques de groupes, des souvenirs commun). Un exemple vécu avec une journée complète d'ateliers.
- Le jdr sur table a énormément évolué ces dix dernières années. Le business model a été modifié par le financement participatif (400 000 euros pour la 7e édition de Cthulhu: les vieux rôlistes nostalgiques ont des sous), et les styles de jeu complêtement retournés par un partage plus équitable de la narration (généralisation des jeux sans MJ, à MJ tournant, à narration bien plus émergente/sans scénar pré-écrit), par de nouveaux formats et des thématiques qui étaient très peu explorées avant dans les jeux publiés (un bel exemple parallèle à l'évolution du GN pour le coup). Frédou: écoute le dernier épisode de Radio Rôliste, tu vas voir comment le jdr est vibrant et créatif.

Avatar du membre
Cire de Sacub
Agrégé d'iconographie Murderienne
Messages : 560
Enregistré le : sam. 8 nov. 2014 12:09

Re: GN : vers le grand schisme ?

Message par Cire de Sacub » ven. 2 juin 2017 14:45

Thomas B. a écrit :Il y a des jeux pour lesquels 6h d'atelier se justifient complètement: genre si les personnages sont vraiment très différents de nous mais qu'on essaie de faire ça à fond, de toucher à l'intime. Et si il y a des fiches très light et une grande partie de co-création par les participant.e.s, prévue sur place
Tu peux justifier une infinité d'heures d'ateliers. Mon propos illustratif sur mon commentaire précédent n'a pas vocation à valider ou invalider un choix qui appartient totalement à l'orga. J'explique que ce choix va impacter un tri dans les inscriptions. Certains sont prêts à passer 6h d'atelier, d'autres pas.

Avatar du membre
Thomas B.
Initiateur de roleplay
Messages : 437
Enregistré le : lun. 19 déc. 2011 13:58

Re: GN : vers le grand schisme ?

Message par Thomas B. » ven. 2 juin 2017 15:35

Et c'est cool! Je ne pense pas qu'un GN doive être pour tout le monde. Il est pour les GNistes qui sont dans le même délire que l'orga, qui recherchent une expérience parficulière qui leur est proposée.

Au delà de la longueur des ateliers, le thème, le lieu, la réputation de l'orga, les techniques employées, le prix, la durée totale du jeu etc vont tous contribuer à un tri des participants avant inscription. Tant que c'est fait en conscience, clairement communiqué, ça permet à des gens de se rencontrer pour créer ensemble un truc qui les intéresse et c'est cool.

Rien de pire pour moi que les annonces du genre "c'est un GN classique fait pour plaire à un maximum de gens" et quand tu arrives tu te rends compte que l'orga a une idée assez précise de ce que ça veut dire, c'est juste pas la tienne et elle n'avait pas été clairement annoncée, ou pire est parti dans tous les sens et n'a pas de direction du tout :)

Steve_J
Maître des PNJs
Messages : 39
Enregistré le : jeu. 15 sept. 2016 14:34

Re: GN : vers le grand schisme ?

Message par Steve_J » ven. 2 juin 2017 17:30

Thomas B. a écrit :- Le jdr sur table a énormément évolué ces dix dernières années. Le business model a été modifié par le financement participatif (400 000 euros pour la 7e édition de Cthulhu: les vieux rôlistes nostalgiques ont des sous), et les styles de jeu complêtement retournés par un partage plus équitable de la narration (généralisation des jeux sans MJ, à MJ tournant, à narration bien plus émergente/sans scénar pré-écrit), par de nouveaux formats et des thématiques qui étaient très peu explorées avant dans les jeux publiés (un bel exemple parallèle à l'évolution du GN pour le coup). Frédou: écoute le dernier épisode de Radio Rôliste, tu vas voir comment le jdr est vibrant et créatif.
Haha ! Je suis content de te voir oser ce moment d'auto-promo éhontée à ma place (mais bon vu que depuis peu on passe notre temps à parler GN on est peut-être plus un signe du déclin du JdR sur table). :mrgreen:

Ceci dit, et même si je continue à apprécier le JdR sur table, on peut analyser son évolution de la même façon que Cire de Sacub analyse celle du GN.
On est passé d'une situation où tous les rôlistes créaient et jouaient à partir d'un référentiel commun, les parties se différenciant avant tout par leurs thématiques et par les meneurs de jeu, à une grand morcellement des pratiques. Le paradoxe c'est que cette explosion du nombre de formats/façons de jouer conduit aussi à la création de communautés aux goûts de plus en plus spécifiques (et qui n'ont finalement plus grand chose à se dire).

Autre conséquence notable (et à mon avis dommageable) : des scènes expérimentales se stabilisent et standardisent leurs façons de jouer. En JdR c'est particulièrement marquant avec la scène "indie", issue du forum The Forge et cherchant initialement à produire de nouveaux formats, qui s'est scindée en deux courants produisant des jeux (relativement) homogènes :
1) Un courant produisant des variations autour d'un jeu spécifique nommé Apocalypse World
2) Une scène storygames produisant des jeux structurellement très semblables

Pour faire un parallèle avec le GN j'avais, en lisant cet article de Lizzie Stark donnant des conseils pour qui voudrait s'intégrer dans la scène danoise obéissant (aujourd'hui ?) à des règles apparemment assez rigides. Y-a-il eu standardisation des pratiques ?



J'ai cependant l'impression qu'une partie importante de la communauté (des communautés ?) GNiste française est attachée à l'idée d’expérimentation et d'hybridation. D'aller chercher des techniques issues de GN confidentiels pour les introduire dans des productions plus mainstream et d'éviter de figer les genres.

Avatar du membre
Thomas B.
Initiateur de roleplay
Messages : 437
Enregistré le : lun. 19 déc. 2011 13:58

Re: GN : vers le grand schisme ?

Message par Thomas B. » ven. 2 juin 2017 17:53

je coupe désolé pour les multiples messages
Modifié en dernier par Thomas B. le ven. 2 juin 2017 18:33, modifié 1 fois.

Avatar du membre
Thomas B.
Initiateur de roleplay
Messages : 437
Enregistré le : lun. 19 déc. 2011 13:58

Re: GN : vers le grand schisme ?

Message par Thomas B. » ven. 2 juin 2017 18:09

Steve_J a écrit :Je suis content de te voir oser ce moment d'auto-promo éhontée à ma place (mais bon vu que depuis peu on passe notre temps à parler GN on est peut-être plus un signe du déclin du JdR sur table). :mrgreen:
En fait c'est surtout que ça me fait chier d'avoir un côté des rôlistes tradis qui se plaignent qu'on ne cause que jeux expérimentaux narrativo-végans comme Hot Guys Making Out (le jdr yaoi, tmtc) et de l'autre côté des gens qui nous disent que le jdr est en perte de vitesse, manifestement parce qu'ils ne se tiennet pas au courant grâce à Notre Superbe Podcast :D
Steve_J a écrit :Autre conséquence notable (et à mon avis dommageable) : des scènes expérimentales se stabilisent et standardisent leurs façons de jouer. En JdR c'est particulièrement marquant avec la scène "indie", issue du forum The Forge et cherchant initialement à produire de nouveaux formats, qui s'est scindée en deux courants produisant des jeux (relativement) homogènes :
1) Un courant produisant des variations autour d'un jeu spécifique nommé Apocalypse World
2) Une scène storygames produisant des jeux structurellement très semblables
Oui mais ça c'est *une* scène expérimentale qui s'est sclérosée et est très visible car elle a produit des mégatonnes de pages de forum (parfois utile), des jeux (parfois tops) et des podcasts (parfois à tendance trollesque pour faire le buzz). Entre les gens qui ne partagent pas leurs expérimentations sur internet (y en a plein rien qu'en Suisse romande) et les trucs comme la campagne hybride jdr-GN de Saki, ça bouge partout mais ailleurs que sur les scions de la Forge ou dans la Cellule :). Certains ont arrêté après Saint Ron Edwards et d'autres continuent à lire, réfléchir (et c'est vrai que globalement la théorie jdr est à la bourre sur la théorie GN, mais maintenant il y a même des colloques académiques sur le jdr en France).

Quand tu combines ça avec les évolutions du jdr mainstream (évolutions plus financières et de forme mais ça reste des évolutions), globalement oui le jdr est fragmenté mais justement on a bien plus de choix de types de jeu qu'il y a 15 ans. Je trouve ça bien plus positif que de pouvoir rire tous ensemble aux mêmes blagues sur les dégâts d'une épée vorpale à AD&D.
Pour faire un parallèle avec le GN j'avais, en lisant cet article de Lizzie Stark donnant des conseils pour qui voudrait s'intégrer dans la scène danoise obéissant (aujourd'hui ?) à des règles apparemment assez rigides.
Pour le coup ce n'est pas "la scène danoise" mais une unique convention, importante certes mais bien spécifique, avec un format bien strict lié à leurs contraintes physiques. Donc on est dans le sous-sous-genre, c'est tellement spécifique qu'ils refusent de parler de jdr ou de GN et tiennent mordicus à l'appellation "freeform" (grosso merdo on est souvent entre jdr où on se lève et GN où on décrit des bouts). Perso je les colle dans "sous-chapelle du GN Nordique", mais c'est une des 250 manières de faire du GN dans les pays du Nord :). Une importante partie de la scène danoise, c'est aussi Krigslive, du GN-wargame souvent Warhammer avec gros focus sur la vie quotidienne du troufion, le combat par unité etc.. Et la plus grosse partie de la scène danoise c'est les GN pour enfants (2e loisir après le foot).
J'ai cependant l'impression qu'une partie importante de la communauté (des communautés ?) GNiste française est attachée à l'idée d’expérimentation et d'hybridation. D'aller chercher des techniques issues de GN confidentiels pour les introduire dans des productions plus mainstream et d'éviter de figer les genres.
Plutôt qu'importante je dirais une partie bruyante :). Cette partie a monté des blogs (electro-GN et electro-larp), des conventions (reprises des GNiales, création de Studio-GN), interagit avec les expérimentateurs Nordiques (les invites sur ses jeux et ses conv, va à ses jeux et ses conv ) etc. Donc est plus visible. Tout comme la scène Knutepunkt est plus visible que les autres scènes de GN, mais assez minoritaire rien qu'en comptant le nombre de participants aux medbour classiques type Conquest of Mythodea. L'évolution avec les gros blockbusters type College of Wizardry et maintenant les nouveaux GN officiels White Wolf gérés par des Nordiques fera peut-être changer ce rapport de force à terme. Mais ces scènes expérimentales ne sont pas forcément plus représentatives du GN en général que leurs équivalents jdr ne le sont du jdr en général :)

Avatar du membre
Cire de Sacub
Agrégé d'iconographie Murderienne
Messages : 560
Enregistré le : sam. 8 nov. 2014 12:09

Re: GN : vers le grand schisme ?

Message par Cire de Sacub » ven. 2 juin 2017 20:44

Parfaitement d'accord avec vous deux, le JDR semble connaître la même mutation que le GN. Des cultures de jeu qui se spécialisent ou du moins se singularisent les unes par rapport aux autres, en conjugaison étroite avec l'explosion des genres et variétés. Ce n'est pas un mal. Il ne faut pas voir mon sujet comme une théorie de déclinologue maniaque. Mais la question de fond demeure : est-ce qu'à force de spécificités, de cultures de jeu distinctes, les différentes communautés sont-elles moins poreuses entre elles ? Est-il devenu plus difficile (ou carrément impossible) de s'adapter à tous les cercles de jeu ?

Avatar du membre
Lila
Expert de miches
Messages : 512
Enregistré le : lun. 20 mai 2013 19:24

Re: GN : vers le grand schisme ?

Message par Lila » ven. 2 juin 2017 21:21

Je suis d'accord avec Thomas, particulièrement avec ça
Donc les soi-disant références communes, lingua franca, socle commun, les grosses assos etc, ça ne voulait rien dire pour moi. (Pareil pour D&D pour le jdr sur table d'ailleurs). Il y avait déjà plein de types de GN à travers le monde, manifestement le medfan orienté action héroïque en était un gros, mais le GN Vampire aussi, et ça s'insultait copieusement entre les deux dans les 1990s, et même au sein du GN Vampire entre assos, réseaux etc. (c'était hilarant d'être dans un réseau mondial pendant quelques années).
Pour moi l'idée d'une communauté GNistique homogène des temps anciens est un mythe. La pratique du GN est plurielle depuis longtemps. Je veux dire : l'airsoft, c'est du GN selon la FedeGN. La Camarilla, c'est du GN. Et le nordic larp, pareil.

Et sinon, les métatechniques ça existe depuis toujours dans le GN.
"2 CHOC"
"BOULE DE FEU"
"RESISTE"
"SHI-FU-MI"
"FREEZE"

Répondre