Ateliers post-jeu ; une dérive inévitable ?

principalement autour des huis clos et autres petits GN, mais aussi pour le plaisir de flooder.
Avatar du membre
Cire de Sacub
Agrégé d'iconographie Murderienne
Messages : 560
Enregistré le : sam. 8 nov. 2014 12:09

Re: Ateliers post-jeu ; une dérive inévitable ?

Message par Cire de Sacub » mar. 23 mai 2017 11:16

Lila a écrit :les personnes qui défendent un débrief spontané ici sont tous des orgas (statut social), hommes, blancs et plutôt extravertis
Nous y sommes. Tu parles de privilège. Privilège d'être des orgas blancs et masculins (et me concernant tu peux même rajouter hétéro et omnivore pour amplifier le truc). Et les ateliers de groupe de parole post GN comme un bouclier tendant à protéger les timides et les "faibles" contre ces dominants extravertis faisant déballage d'un injuste ascendant... Je ne partage toujours pas cette approche du monde que je trouve clivante... Et pour ma part, les débrieffs c'est pas ma came et je ne fais pas partie de ces joueurs qui se racontent bruyamment à la fin d'un jeu (même si en effet je n'hésite pas à prendre de la place dans ledit jeu). Une fois de plus ce sont supputations, jugements de valeur, procès d'intention et approches partisanes stériles. Mais comme toujours on va me renvoyer : "c'est normal que dans ta position dominante tu ne perçoives pas l'intérêt de cette approche".
Pour moi les groupes de parole post GN ne sont pas un outil de lutte contre une quelconque domination. Au contraire, par leur formalisme, ils imposent un autre jeu de pouvoir et d'ascendance.

Avatar du membre
Magali
Expert de manches
Messages : 242
Enregistré le : jeu. 23 juin 2011 19:36
Localisation : Grenoble

Re: Ateliers post-jeu ; une dérive inévitable ?

Message par Magali » mar. 23 mai 2017 12:47

J'arrive pas à faire une réponse intelligente… je trouve que tout le monde s'emballe un peu trop.

Je comprends la nécessité de laisser un espace de parole à ceux qui ont tendance à la prendre moins facilement (dont je me permets d'estimer faire partie…), je comprends que pour certains, un débrief formalisé soit une bonne solution. Comprenez donc que ça ne soit pas le cas pour tout le monde. Exemple, si vous me demandez après un GN, dans un groupe, comment je me sens, je répondrai "bien" parce que je sais que c'est le moyen d'arrêter de parler et que quelque soit la vraie réponse, je n'ai pas envie de la partager ici et maintenant. Et du coup je me sentirai mal. Et l'atelier aura complètement loupé son but…

Par contre, je ne pense pas que ces ateliers soient dangereux, et je n'ai jamais vu d'orga prétendre sauver le monde et la santé mentale de tous par des ateliers (et aussi, juste un apparté, dire "nous y sommes" quand on pointe tes privilèges, c'est très très agressif, je l'ai personnellement mal pris alors que je n'étais pas d'accord avec la phrase de départ !)

Je n'ai pas de solution. J'étais sur le même GN que Steve ce week-end et on nous a proposé des débriefs en groupes restreints, après une pause pour se déshabiller, ce qui a permis que tout le monde quitte la salle et ne reviennent que ceux qui le souhaitaient. Je pense que c'était bien. De mon point de vue, ce n'était pas invasif. J'ai l'impression que c'était suffisant pour ceux qui avaient besoin de quelque chose mais je n'en sais rien. Ce qui est difficile, c'est pour chacun de réussir à identifier ce dont il a besoin et ce qui le gêne, ou non. Et il faut super bien se connaître pour ça. Donc je pense que c'est bien que les orgas proposent plusieurs outils, parce que c'est difficile de savoir ce dont on a besoin si on ne sait pas ce qui existe.

Avatar du membre
Lila
Expert de miches
Messages : 512
Enregistré le : lun. 20 mai 2013 19:24

Re: Ateliers post-jeu ; une dérive inévitable ?

Message par Lila » mar. 23 mai 2017 18:15

"c'est normal que dans ta position dominante tu ne perçoives pas l'intérêt de cette approche"
Voilà

Avatar du membre
Thomas B.
Initiateur de roleplay
Messages : 437
Enregistré le : lun. 19 déc. 2011 13:58

Re: Ateliers post-jeu ; une dérive inévitable ?

Message par Thomas B. » mar. 23 mai 2017 22:00

Lila a écrit :
"c'est normal que dans ta position dominante tu ne perçoives pas l'intérêt de cette approche"
Voilà
Pareil que Lila. Quand je suis dans un groupe mélangé qui discute, les hommes blancs de plus de 30 ans etc prennent plus de temps de parole que les autres (#notallmen, je sais, mais en moyenne c'est flagrant, et dans plein de cercles différents). Qu'ils disent de la merde ou des trucs géniaux, ils sont écoutés plus en silence et moins interrompus par les autres. Et parfois ils le nient jusqu'à ce qu'on sorte un minuteur.

Donc si le formalisme c'est déjà juste "1 tour de table, x minutes par personne maximum, et on n'interrompt pas celui qui parle, même si il parle de nous", ça peut faire des miracles pour rééquilibrer les temps de paroles.

Je suis aussi pour le debrief informel où on pourra tous reprendre nos situations de dominations de tous les jours, lors d'une bouffe ou d'une fête, mais je veux qu'on ait eu le formel d'abord. Plein de vérités et d'idées géniales pour les GN suivants sortent une bière à la main en se baladant de groupe en groupe.

En tant que joueur, je déteste les débriefs longs où les joueurs racontent ce qu'ils ont fait, ou quand les orgas nous relisent tout leur scénar. Et je déteste qu'on me demande d'aborder certains trucs vraiment persos. Donc tant qu'il est clairement expliqué que parler, participer à tel ou tel atelier, ou répondre à telle question est optionnel, tout va bien. En debrief de GN nordique en Scandinavie ma réponse a parfois été "ça ça ne vous regarde pas", et on est passé à autre chose. Proposer, pas imposer.
Et comme Steve j'ai besoin d'un moment avec les personnes avec qui j'ai eu des scènes tendues, pour voir comment ça va hors jeu. En Allemagne les joueurs sont très bons pour arrêter rapidement un combat en cas de coup un peu violent, vérifier que l'autre est OK et reprendre. Parfois on ne peut pas le faire à cause de scènes ultra rapides et avoir 5 minutes avec la personne dont on a agressé le perso en jeu est hyper important, que ce soit social comme décrit par Steve, ou physique.

En tant qu'orga, j'aime recevoir les impressions à chaud car:
- je sais qu'elles sont plus dans l'émotion, les ressentis corporels, les réflexes etc. Quand le cerveau des joueurs aura du temps pour processer il me sortira des trucs plus intelligents, plus fins, plus utiles pour améliorer ma créations, mais moins "honnêtes"
- je sais qu'elles sont biaisées positivement. Parce que déjà quand tu invites des gens à bouffer peu de personnes vont te dire en face "ton repas était dégueu", dès qu'ils viennent de finir le café. Alors tu imagines quand tu as eu l'honneur d'être casté sur un GN :). Et en général en fin de GN en tant qu'orga je suis crevé et entendre des trucs biaisés positivement ça me fait du bien. C'est mon deroling d'orga à moi :).
- à cause des deux points ci-dessus, les trucs négatifs ou plutôt "le truc que j'ai vécu pendant le GN que je voudrais vivre moins souvent en GN" :) sont vraiment intéressants car si une personne ressent le besoin là tout de suite de me le dire en face, c'est que ça l'a marquée donc c'est vraiment un truc à améliorer.

Et j'aime les impressions à froid aussi, parce qu'en plus du temps qui fait des merveilles, certaines personnes sont plus à l'aise à l'écrit qu'à l'oral, donc ça équilibre aussi par rapport aux tchatcheurs. J'aime aussi le debrief buddy car dire à un autre joueur comment ça va une ou deux semaine plus tard c'est moins de pression que faire un retour à un orga.

Pour ce qui est du débrief qui aiderait à gérer un éventuel trauma, je n'y crois pas trop vu l'incompétence du GNiste moyen en la matière. Je préfère de loin un jeu ayant communiqué clairement ses intentions, avec safewords, salle hors-jeu etc bien testée avant le jeu et dispo pendant le jeu, que quelqu'un qui essaierait de réparer les pots cassés à la fin lors de séances de confessions intimes. Mais je veux aussi pouvoir avoir un moment préservé, privilégié, à la fin, pour que ceux qui ont quelque chose à dire puissent le dire avant qu'on charge les bagnoles. Que ce soit "merci" ou "petit rappel, lêcher la peau de participant.e.s sans leur consentement c'est pas du roleplay c'est une aggression". Cette dernière phrase n'a pas été dite lors du debrief du jeu en question (où je n'étais pas) car il n'y avait pas de moment ou de cadre privilégié pour le dire, mais lors d'un "atelier sur les ateliers" dans une convention, ou justement j'avais bloqué du temps pour que les gens puissent parler de sécurité avec la garantie de ne pas se faire interrompre. Il n'y a pas eu d'enquête etc, par contre l'orga du GN a été mis au courant de la situation et lors du *briefing* de la suite de ce GN, le rappel a été fait clairement par l'orga.

Avatar du membre
Olivier
Connaisseur en points d'action
Messages : 63
Enregistré le : sam. 12 févr. 2011 17:36

Re: Ateliers post-jeu ; une dérive inévitable ?

Message par Olivier » mer. 24 mai 2017 10:18

J'aime bien le concept "blanc" pour les dominants qui parlent en debrief et sur les forum. Ca ne fait pas du tout penser à un slogan ou mais bien à une observation de la réalité en GN.

Avatar du membre
Thomas B.
Initiateur de roleplay
Messages : 437
Enregistré le : lun. 19 déc. 2011 13:58

Re: Ateliers post-jeu ; une dérive inévitable ?

Message par Thomas B. » jeu. 25 mai 2017 13:53

Olivier a écrit :J'aime bien le concept "blanc" pour les dominants qui parlent en debrief et sur les forum. Ca ne fait pas du tout penser à un slogan ou mais bien à une observation de la réalité en GN.
J'aime bien le concept d'ignorer la précision "dans plein de cercles différents" et de se focaliser sur la seule caractéristique pas directement pertinente. Ca ne fait pas du tout penser à une tentative de faire diversion pour éviter toutes autres les caractéristiques qui sont bien une observation de la réalité en GN. Je suis un mal cis-hetero-quadra-expérimenté blahblah. Je ne suis pas l'antéchrist et je ne présente pas d'excuses. Mais oui nous (moi inclus) avons tendance à dominer les conversations de groupe, et oui ça inclue les debriefs de GN, et effectivement si il n'y a pas un minimum de structure on continuera à la faire. Donc la voix des autres continuera à être moins entendue, de fait. Et dans un loisir qui se veut un chouïa égalitaire vu qu'on créée un truc ensemble au lieu de juste consommer l'OEuvre de l'Artiste Autorisé, ben c'est un peu la honte quand même. Et c'est relou d'entendre des gens le minimiser.

MoZ
Dénoueur de multi-intrigues
Messages : 155
Enregistré le : mar. 6 mai 2014 18:38

Re: Ateliers post-jeu ; une dérive inévitable ?

Message par MoZ » ven. 26 mai 2017 16:14

J'ai dû rater une marche...
Celle qui fait que ceux qui n'aiment pas trop les debriefs formels de jeu ayant un format précis et ayant pour ambition d'assurer une certaine sécurité émotionnelle, seraient devenus des privilégiés désirant, de façon consciente ou non, dominer les conversations informelles d'après-jeu. Je pense qu'il y a juste des gens qui n'ont pas envie de se livrer à cet exercice. Comme je l'ai écrit, je préfère savourer ma descente tout seul, ou en petit comité. Le jeu présenté par Magali et Steve, avec ses debriefs optionnels, me parait une bonne idée.

En tant qu'orga, vous aurez bien compris que je ne pratique pas et, remerciements achevés, je laisse enchaîner sur les discussions informelles. Pour autant, je continue à veiller et si quelqu'un semble en malaise, sur le point de partir se coucher trop vite ou au contraire de picoler un peu trop, j'interviens.

Avatar du membre
lucieXperience
Murder 9851,12
Messages : 1486
Enregistré le : mar. 8 févr. 2011 17:12
Contact :

Re: Ateliers post-jeu ; une dérive inévitable ?

Message par lucieXperience » ven. 26 mai 2017 16:28

MoZ a écrit : En tant qu'orga, vous aurez bien compris que je ne pratique pas et, remerciements achevés, je laisse enchaîner sur les discussions informelles. Pour autant, je continue à veiller et si quelqu'un semble en malaise, sur le point de partir se coucher trop vite ou au contraire de picoler un peu trop, j'interviens.
Ton post me fait penser à une autre raison qui fait que je tiens à un débrief formel à la fin du jeu. Pour moi ce moment obligatoire il permet de finir le jeu. De dire "voilà, maintenant c'est fini, vous pouvez aller boire des bières entre amis et continuer à discuter, mais moi mon boulot d'orga s'arrête ici", ça me permet de quitter le statut, même si bien sûr, je dois encore tout ranger et que je n'envoie pas chier les joueurs qui auraient besoin de me parler, mais c'est une sorte de cérémonie de clôture, et je trouve ça important.

J'entends que des gens n'aiment pas ça. À la prochaine orga je l'annoncerai à l'avance pour que les gens s'inscrivent en connaissance de cause;
le site internet d'eXperience et son livre d'or qui ne demande qu'à être rempli !

Fredou
Amiral du Fair-play
Messages : 730
Enregistré le : mer. 11 janv. 2012 15:49

Re: Ateliers post-jeu ; une dérive inévitable ?

Message par Fredou » ven. 26 mai 2017 17:06

Pour moi ce moment obligatoire il permet de finir le jeu. De dire "voilà, maintenant c'est fini, vous pouvez aller boire des bières entre amis et continuer à discuter, mais moi mon boulot d'orga s'arrête ici", ça me permet de quitter le statut, même si bien sûr, je dois encore tout ranger et que je n'envoie pas chier les joueurs qui auraient besoin de me parler, mais c'est une sorte de cérémonie de clôture, et je trouve ça important.
Tu peux aussi dire "voilà, maintenant c'est fini, vous pouvez aller boire des bières entre amis et continuer à discuter, mais moi mon boulot d'orga s'arrête ici" sans forcément avoir à pousser les joueurs à parler à chaud. Ca me semble assez distinct.

Par ailleurs, il existe aussi des manières de marquer une fin de jeu en assurant une transition en douceur vers le réel : générique de fin, épilogues, etc.

Avatar du membre
lucieXperience
Murder 9851,12
Messages : 1486
Enregistré le : mar. 8 févr. 2011 17:12
Contact :

Re: Ateliers post-jeu ; une dérive inévitable ?

Message par lucieXperience » ven. 26 mai 2017 17:54

Fredou a écrit : Tu peux aussi dire "voilà, maintenant c'est fini, vous pouvez aller boire des bières entre amis et continuer à discuter, mais moi mon boulot d'orga s'arrête ici" sans forcément avoir à pousser les joueurs à parler à chaud. Ca me semble assez distinct.
Non, rapport à ce que j'expliquais plus haut sur pourquoi je fais un débrief.
Fredou a écrit : Par ailleurs, il existe aussi des manières de marquer une fin de jeu en assurant une transition en douceur vers le réel : générique de fin, épilogues, etc.
La transition en douceur pour moi elle ne remplace pas un débrief. Ce n'est pas la même fonction.
le site internet d'eXperience et son livre d'or qui ne demande qu'à être rempli !

Répondre