La communauté GNiste française : imprenable forteresse ?

principalement autour des huis clos et autres petits GN, mais aussi pour le plaisir de flooder.
Steve_J
Maître des PNJs
Messages : 39
Enregistré le : jeu. 15 sept. 2016 14:34

La communauté GNiste française : imprenable forteresse ?

Message par Steve_J » jeu. 6 avr. 2017 11:38

J'allais écrire un message en réponse à ce sujet mais je me suis dit qu'il était suffisamment en train de dériver de son orientation initiale du coup je me permets d'en créer un nouveau.

Bon le sujet est un peu un marronnier de la scène GNiste française (certains me corrigeront en préférant parler des scènes "romanesque" et "parisienne" dont les contours sont quand même un peu flou) : est-ce que le milieu est trop fermé ? Que faire pour y remédier ? Faut-il faire quelque chose pour y remédier ?
En même temps il me semble qu'on ne l'aborde qu'assez rarement frontalement (on s'y intéresse via la question du déséquilibre offre-demande ou de l'organisation des castings).

Je vais partir de cet extrait d'un message de Thomas B. avec la réponse de Fredou
Fredou a écrit :
Et des exemples [de pression sociale] me sont confirmés pendant les conversations en tête à tête avec des GNistes plus jeunes et moins intégrés qui débarquent dans la scène plus-ou-moins-romanesque-plus-ou-moins-parisienne, donc ces dérives existent, #checkyourprivilege tout ça
J'ai l'impression qu'on ne se comprend pas. Je ne nie pas la pression de ces nouveaux joueurs, je dis qu'ils se la mettent en s'intéressant à des jeux dans des cercles d'amis déjà malheureusement saturés, que les calculs ne sont certainement pas la solution, et qu'elle n'est en rien de notre volonté (on se borne à organiser des jeux avec déjà des rééditions sur 10 ans). Ca me semble un avis surtout réaliste et pragmatique : vouloir absolument quelque chose qu'on a peu de chance d'obtenir, c'est probablement souffrir.
A titre personnel je n'ai pas le sentiment, et n'ai pas eu le sentiment avant d'entrer dans la communauté GNiste (ce que je n'aurai jamais fait sans avoir dans mes amis des personnes en faisant partie), que le "nouveau joueur" dispose d'assez d'information pour faire ces calculs et "ne pas se mettre la pression".
La plupart de la transmission d'information se fait de façon privée, via le bouche à oreille (pas inintéressant de voir que le gros des discussions sur la pratique se déplace des forums vers Facebook d'ailleurs). Il n'est du coup pas étonnant que le public de nouveaux joueurs se déplace vers des jeux saturés : il s'agit des rares jeux dont il aura entendu parler sans faire partie d'une communauté.
L'alternative est d'accepter de s'inscrire sur un jeu sans savoir si le reste des joueurs se connaitra et dont on ne connait que la note d'intention (alors même que de nombreux préjugés sur le GN nous invitent à la méfiance)...il faut avoir un certain goût pour l'expérimental pour accepter de pousser la porte quand même*.

Je me permets d'ailleurs de mettre les pieds dans le plat mais, venant du domaine du JdR sur table (et de la critique de JdR sur table), je crois que le texte qui m'a le plus stupéfié en m'intéressant au romanesque c'est la critique de l'Agonie du Poète sur Electro-GN (si dont je pense pourtant beaucoup de bien ne serait-ce que parce qu'il offre une information de qualité même pour les outsiders). On se retrouve face à une critique qui ne dit rien sur le jeu, qui a conscience de ne rien dire sur le jeu, mais qui le dit quand même (on sent le critique désolé à la lecture). C'est apparemment un jeu auquel le débutant ne pourra pas jouer, dont il ne saurait rien, mais dont il devrait s'inspirer.

*Je pense d'ailleurs que la plupart des pratiquants ne sont en fait pas insérés dans des communautés/associations et se contentent d'organiser, voire d'écrire, des murders dans leur coin.
Modifié en dernier par Steve_J le jeu. 6 avr. 2017 22:52, modifié 1 fois.

Fredou
Amiral du Fair-play
Messages : 730
Enregistré le : mer. 11 janv. 2012 15:49

Re: La communauté GNiste française : imprénable forteresse ?

Message par Fredou » jeu. 6 avr. 2017 12:53

Tu as raison, je pense que le sujet a plus sa place dans un thread à part.
Je me permets d'ailleurs de mettre les pieds dans le plat mais, venant du domaine du JdR sur table (et de la critique de JdR sur table), je crois que le texte qui m'a le plus stupéfié en m'intéressant au romanesque c'est la critique de l'Agonie du Poète sur Electro-GN (si dont je pense pourtant beaucoup de bien ne serait-ce que parce qu'il offre une information de qualité même pour les outsiders). On se retrouve face à une critique qui ne dit rien sur le jeu, qui a conscience de ne rien dire sur le jeu, mais qui le dit quand même (on sent le critique désolé à la lecture). C'est apparemment un jeu auquel le débutant ne pourra pas jouer, dont il ne saurait rien, mais dont il devrait s'inspirer.
J'ai fait jouer Vincent sur la session 4. A la fin du jeu, il m'a demandé l'autorisation de faire une critique pour ElectroGN. J'étais plutôt réticent car on ne peut rien exposer des originalités de ce jeu sans le spoiler considérablement. Vincent me dit "Je veux bien relever le défi d'en parler sans rien dévoiler". J'ai dit "à cette condition, si tu veux". Il est clair que du coup l'article parle surtout de la qualité du travail d'écriture en restant très flou sur le contenu du jeu. Ca présente un intérêt ou non, je n'ai pas à juger. Vincent a pensé que oui. Mais c'est bien la seule chose qu'on puisse dire publiquement.
Modifié en dernier par Fredou le jeu. 6 avr. 2017 13:38, modifié 1 fois.

Avatar du membre
Thomas B.
Initiateur de roleplay
Messages : 437
Enregistré le : lun. 19 déc. 2011 13:58

Re: La communauté GNiste française : imprénable forteresse ?

Message par Thomas B. » jeu. 6 avr. 2017 13:04

Les nouveaux joueurs peuvent aussi avoir accès à plein de trucs publics: Studio-GN, Nuit du Huis Clos, Ludesco en Suisse, les blockbusters internationaux, les mass larps partout. Là y a plein de place et c'est public et tu peux venir avec tes potes.

Ca coince surtout sur des jeux costumés pas bourrins, avec des vrais persos préécrits, des intrigues un peu plus fines que fermer la porte du chaos et qui durent un weekend dans un joli lieu et ont moins de 50 places.

Pour le reste je m'autocite de l'autre fil vu que ça a atteri ci:
Thomas B. a écrit :Tout ce que je demande c'est qu'on soit un peu plus honnête sur la notion de cercle d'ami vs. association (super débat là dessus à la Convention du Costume, où des assos étaient bien plus honnêtes sur le "kicékicommande") , sur la notion d'ouverture et d'égalité, de public ou pas etc. Qu'on soit un peu plus francs sur ce qui est une pratique qu'on partage vs. des affinités persos qu'on partage.

Je pense que ce serait bien plus sain si on mettait un peu plus la pression aux nouveaux pour qu'ils se rendent compte du taf que c'est d'organiser et donc ce serait bien qu'ils s'y mettent aussi , et tôt. Et sur le fait que non, c'est pas un grand magasin où tout est en rayon, parce sinon il y aura des frustrations.
Modifié en dernier par Thomas B. le jeu. 6 avr. 2017 14:58, modifié 1 fois.

Avatar du membre
Cire de Sacub
Agrégé d'iconographie Murderienne
Messages : 560
Enregistré le : sam. 8 nov. 2014 12:09

Re: La communauté GNiste française : imprénable forteresse ?

Message par Cire de Sacub » jeu. 6 avr. 2017 13:23

Oui les débats se déplacent trop souvent sur Facebook qui n'est certainement pas le bon lieu pour approfondir des questions complexes ; c'est le règne des petites phrases, pas des idées construites et constructives. Ce forum est, à mes yeux, ce qui se fait de mieux sur le sujet du GN/Huis Clos dans la sphère francophone.

Je suis d'accord avec toi, Steve, sur Electro-GN qui propose parfois des sujets plutôt vides car comment parler utilement d'un GN qui demande de maintenir une certaine culture du secret ? Il y a donc à mes yeux des effets de cours (ou de lèche zélée...), de snobisme même parfois.

Mais attention. Il ne faut pas généraliser le phénomène Frédou qui me parait singulier. Oui, il jouit d'une incroyable réputation et ses jeux sont extrêmement prisés. De fait, il en est arrivé à développer une vision personnelle et mettre en place une organisation pour de très nombreuses raisons valables. Comme je le disais précédemment, la communication de ses jeux est ultra minimale et se fait presque à son insu.

Car des jeux en Huis-Clos, romanesques, en "petit" format il y en a beaucoup. Il ne faut pas construire des lois sur le fonctionnement d'une "communauté" sur une telle exception. Personnellement j'organise un jeu et, jusqu'à présent, tout ceux qui ont eu la patience (parfois 2 ans d'attente je le concède) se sont vus proposer une date (par contre ceux qui annulent ne se voient pas toujours proposer une nouvelle place). Et autour de moi, cela semble être une banalité.

Oui, il n'est pas aisé de pénétrer ce milieu. Mais attention, on ne fait pas mumuse avec des pistolets à eau. On fait du GN. Et ce type d'activité artistico-ludique n'est pas banale. Pour ma part, cela ne peut s'adresser à tout le monde. Il y a donc des systèmes de vérification sociale officieux qui se mettent inconsciemment et collectivement en place. Les personnes communiquent sur les nouveaux entrants : leur capacité à rôle-player sans hors jeu, leur capacité à aller dans une incarnation vibrante sans surjouer, leur aptitude à garder un certain contrôle de l'avatar pour éviter de réels dérapages etc. Et je peux t'assurer, pour l'avoir vu, voir des gens pénétrer tous les cercles d'initiés à une vitesse folle pendant que d'autres n'y parviendront jamais réellement. C'est une question de feeling, d'adaptabilité, certains diront même de talent.

Le problème aussi est que les gens sont parfois trop habitués à ce système du consommateur-roi de notre société. Ils croient que tout est dû. Le milieu du GN demande un investissement personnel. Il ne suffit pas d'aligner un règlement de PAF pour jouer pleinement un rôle dans cette communauté plurielle. Il faut parfois entrer par la petite porte, accepter des rôles de pnj, donner un coup de main dans l'organisation d'un évènement, participer à des forums de discussion etc. Donc il faut une certaine humilité, de l'envie, de l'énergie, de la curiosité et un soupçon de courage pour tenter de "percer" ces cercles divers et variés, tous plus ou moins en interrelation. Et ne pas hésiter aussi à faire quelques kilomètres. Bien des gens sont désarçonnés face à cette réalité et leur chéquier n'est pas un Sésame, à eux d'en prendre conscience et de s'y adapter. Sortir de l'ère du consommateur commentateur pour entrer dans celle du bénévolat passionné.

Avatar du membre
Olivier
Connaisseur en points d'action
Messages : 63
Enregistré le : sam. 12 févr. 2011 17:36

Re: La communauté GNiste française : imprénable forteresse ?

Message par Olivier » jeu. 6 avr. 2017 21:14

La présence d'un rendez vous mensuel à Paris est un grand facilitateur pour les nouveaux venus (qui passent par Paris à une bonne date).

Avatar du membre
Lila
Expert de miches
Messages : 512
Enregistré le : lun. 20 mai 2013 19:24

Re: La communauté GNiste française : imprenable forteresse ?

Message par Lila » ven. 7 avr. 2017 10:34

Version courte
est-ce que le milieu est trop fermé ?
Oui

Que faire pour y remédier ?
Organiser des jeux

Faut-il faire quelque chose pour y remédier ?
Oui

Version longue
est-ce que le milieu est trop fermé ?
Nous sommes un milieu de blancs hétéro au capital culturel élevé. La communauté s'est féminisée ces dernières années, mais elle reste encore plutôt masculine. Et même au sein des blancs hétéros au capital culturel élevé, le milieu est plutôt fermé : on joue souvent avec les mêmes personnes, nos communications touchent les mêmes personnes, et une fois qu'un-e orga a une "communauté" autour des jeux qu'il ou elle organise, la tentation de fonctionner en cercle fermé est forte. Pourquoi ? parce que comme nous sommes des geek, nous avons eu l'habitude d'être exclu dans la cours de récré, et nous avons développé une forme de fierté méprisante vis à vis des gens "normaux". Il y a des marqueurs, implicites, qui permettent de juger qui est digne d'intégrer telle ou telle communauté. Chez les geek, ce marqueur, c'est un gout pour les cultures de l'imaginaire. Chez les artistes, c'est un goût pour l'expérimentation et la remise en question. J'imagine que chez les airsofteurs, il doit y avoir le même genre d'écrémage. Prétendre que notre communauté est ouverte et inclusive est un vœu pieu. Nous cultivons notre singularité, notre stigmate, parce qu'il est devenu identitaire. Nous avons fait de notre marginalisation une revendication.

Que faire pour y remédier ?
La communauté s'est féminisée ses dernières années parce que les copines des orgas ont commencé à organiser toutes seules. C'est sale de dire ça comme ça, mais c'est vrai. Et bien il faut que les copains noirs, les amis gays, et les potes trans organisent. Depuis, dans la communauté, on parle de harcélement, de féminisme, de genre. C'est aussi "simple" que ça. Et ça se met déjà en place.

Faut-il faire quelque chose pour y remédier ?
Nous sommes une communauté de blancs au capital culturel élevé de gauche, nous avons donc inventé un médium profondément démocratique. Une fois sur le terrain, l'histoire se conçoit avec l'aide de chacun, de façon collaborative. Et c'est quelque chose qui manque dans notre société. Le jeu peut changer le monde, mais il faut que tout le monde joue.

Steve_J
Maître des PNJs
Messages : 39
Enregistré le : jeu. 15 sept. 2016 14:34

Re: La communauté GNiste française : imprénable forteresse ?

Message par Steve_J » ven. 7 avr. 2017 11:30

Thomas B a écrit :Je pense que ce serait bien plus sain si on mettait un peu plus la pression aux nouveaux pour qu'ils se rendent compte du taf que c'est d'organiser et donc ce serait bien qu'ils s'y mettent aussi , et tôt. Et sur le fait que non, c'est pas un grand magasin où tout est en rayon, parce sinon il y aura des frustrations.
C'est vrai que c'est un autre point frappant quand on découvre la communauté des "gros" GN : elle ne fonctionne que grâce à un énorme investissement en temps qui ne concerne pas seulement les organisateurs mais nécessite l'implication de PNJs/de cuisiniers/de petites mains dont le travail sera peu mis en avant.


Fredou a écrit :J'ai fait jouer Vincent sur la session 4. A la fin du jeu, il m'a demandé l'autorisation de faire une critique pour ElectroGN. J'étais plutôt réticent car on ne peut rien exposer des originalités de ce jeu sans le spoiler considérablement. Vincent me dit "Je veux bien relever le défi d'en parler sans rien dévoiler". J'ai dit "à cette condition, si tu veux". Il est clair que du coup l'article parle surtout de la qualité du travail d'écriture en restant très flou sur le contenu du jeu. Ca présente un intérêt ou non, je n'ai pas à juger. Vincent a pensé que oui. Mais c'est bien la seule chose qu'on puisse dire publiquement.
Je ne veux pas faire dérailler un sujet que j'ai moi même écrit mais en fait ma stupéfaction commence à "il m'a demandé l'autorisation de faire une critique". Quelle autre communauté impose ce contrôle de l'information ? Comment s'étonner qu'il génère de la frustration et du découragement pour les nouveaux arrivants ?

Je me rattache au sujet mais la diffusion d'informations sur les jeux permet au débutant de s'y repérer et lui offre des outils/sources d'informations permettant très rapidement de se lancer dans l'organisation. C'est évidemment plus simple pour certaines formes de jeu (murder, GN-minimaliste,...) et c'est peut-être une mauvaise idée de commencer le GN en organisation un mass-larp réunissant 300 personnes, mais on gagnerait des organisateurs en restreignant le champ de ce qu'on ne peut pas "dire publiquement".

Fredou
Amiral du Fair-play
Messages : 730
Enregistré le : mer. 11 janv. 2012 15:49

Re: La communauté GNiste française : imprenable forteresse ?

Message par Fredou » ven. 7 avr. 2017 14:13

Je ne veux pas faire dérailler un sujet que j'ai moi même écrit mais en fait ma stupéfaction commence à "il m'a demandé l'autorisation de faire une critique". Quelle autre communauté impose ce contrôle de l'information ? Comment s'étonner qu'il génère de la frustration et du découragement pour les nouveaux arrivants ?

Je me rattache au sujet mais la diffusion d'informations sur les jeux permet au débutant de s'y repérer et lui offre des outils/sources d'informations permettant très rapidement de se lancer dans l'organisation. C'est évidemment plus simple pour certaines formes de jeu (murder, GN-minimaliste,...) et c'est peut-être une mauvaise idée de commencer le GN en organisation un mass-larp réunissant 300 personnes, mais on gagnerait des organisateurs en restreignant le champ de ce qu'on ne peut pas "dire publiquement".
Parce que tout cela n'est clairement pas ma priorité, ni mon propos. Ce n'est pas pour cela que j'ai bossé ardemment pendant des années sur ce jeu.

Ma priorité absolue, ma seule vocation, est de faire vivre une expérience exceptionnelle aux gens que je fais jouer, et aussi exceptionnelle sur la première session que sur la 13ème, 9 ans plus tard. Quand le concept est fortement spoilable, quand le plaisir tient fortement à la découverte (ce n'est pas le cas de tout jeu, mais c'est le cas ici), le meilleur moyen est de maintenir ce secret. Bref, c'est le contrat. Et comme cela, ça marche.

Molière disait qu'une pièce est faite pour être vue, et non pour être lue. Appliqué au GN, pour ce jeu, c'est exactement cela. Maintenant l'effet sur la communauté, il existe tout de même, à travers l'influence qu'il aura pu avoir sur ceux qui l'auront joué.
Modifié en dernier par Fredou le ven. 7 avr. 2017 14:22, modifié 1 fois.

MoZ
Dénoueur de multi-intrigues
Messages : 155
Enregistré le : mar. 6 mai 2014 18:38

Re: La communauté GNiste française : imprenable forteresse ?

Message par MoZ » ven. 7 avr. 2017 14:20

J'ai l'impression qu'il y a une confusion entre "fermé" et "difficile d'accès".
Je ne vois pas la communauté vivre en autarcie, au contraire. Mais, pour aller dans le sens de Cire, le jeu n'est pas, généralement, un loisir de pure consommation. Pour y participer, il faut chercher, s'inscrire, se préparer, s'investir, etc. Et ça procure des sensations difficiles à décrire aux extérieurs.
J'ai eu l'expérience de cette différence lors d'un salon du jeu que je co-animais. Il y avait du rétro-gaming, des jeux de plateau, des figurines, etc. A cette occasion, j'ai vraiment constaté le fossé entre le "prêt à consommer" (sans appréciation péjorative) et le GN. Même s'il y a des jeux d'initiation, il faut toujours un briefing conséquent pour les néophytes complets, et consacrer un certain temps au jeu en lui-même. Ca peut être court pour certains jeux, souvent très différent des GNs pratiqués par les habitués, mais c'est toujours plus long que prendre une manette ou un plateau.

Donc oui, il faut un peu sortir de sa zone de confiance pour accéder au jeu. Perso, je trouve ça pas mal.

Fredou
Amiral du Fair-play
Messages : 730
Enregistré le : mer. 11 janv. 2012 15:49

Re: La communauté GNiste française : imprenable forteresse ?

Message par Fredou » ven. 7 avr. 2017 14:51

La communauté s'est féminisée ses dernières années
Clairement.
parce que les copines des orgas ont commencé à organiser toutes seules. C'est sale de dire ça comme ça, mais c'est vrai.
Je doute fortement que cela soit la raison principale. Au fil du temps, du moins dans certains cercles, les jeux ont évolués vers une forme attirant bien plus de joueuses (romanesque, historique, harry potter...), jusqu'à la parité, voir plus que la parité. Sur le Poète, j'ai 65% de pré-inscriptions de filles. Les filles jouant plus, on en voit beaucoup plus se lancer dans l'écriture, sans que le conjoint (s'il y en a et s'il est gniste) y soit forcément pour quelque chose.
Modifié en dernier par Fredou le ven. 7 avr. 2017 15:32, modifié 1 fois.

Répondre