QM 175 des limites de la qualification de Rôle-Play

principalement autour des huis clos et autres petits GN, mais aussi pour le plaisir de flooder.
Avatar du membre
Cire de Sacub
Agrégé d'iconographie Murderienne
Messages : 560
Enregistré le : sam. 8 nov. 2014 12:09

QM 175 des limites de la qualification de Rôle-Play

Message par Cire de Sacub » mar. 21 juil. 2015 13:17

Sur un topic précédent j'ai écrit que, selon moi, lors "des jeux à bifurcation" (à savoir des jeux qui sont une sorte de prolongement de la réalité où les joueurs sont embarqués, plus ou moins malgré eux, dans une sorte de murder/GN/jeu de piste surprise), il était difficile de voir du Rôle-Play.

Suite à un désaccord, j'ai réfléchi davantage à ce que je croyais être évident. Je me dit alors que le simple fait de vivre une bifurcation modifie les émotions internes, les échanges et les comportements. Et cela fait entrer dans une forme de rôle-play au final.

Certes. Sauf que dans le mot Rôle-Play il y a le mot Rôle. On peut rétorquer : mais on peut jouer son propre rôle ! Certes. C'est à priori envisageable : on va présupposer nos réactions si ce que nous vivons n'était pas factice.
Finalement le Rôle-Play commencerait au moment où un accord plus ou moins tacite entre des individus poserait le cadre "c'est un jeu".

Mais alors, le Rôle Play pourrait s'étendre aux échanges durant un Risk, au Monopoly, voir même à un jeu de carte ("tu me fends le cœur !"). Du coup ne viderait-on pas ce concept à trop vouloir l'étendre ? Car une autre définition, plus ou moins largement et implicitement admise est : "le Rôle-Play débute lorsque l'on interprète un rôle clairement désigné comme différent de nous-même, dans le cadre d'un jeu".

Me voilà partagé... Et vous, comment voyez-vous la chose ?

Avatar du membre
lucieXperience
Murder 9851,12
Messages : 1489
Enregistré le : mar. 8 févr. 2011 17:12
Contact :

Re: QM 175 des limites de la qualification de Rôle-Play

Message par lucieXperience » mar. 21 juil. 2015 13:20

Elle sort d'où cette définition soit-disant implicitement admise ?
Cette partie me semble un peu arbitraire et très discutable : "un rôle clairement désigné comme différent de nous-même"
C'est notamment discutable parce qu'il n'y a aucun moyen de déterminer selon quels critères le rôle en question serait différent de nous-même. Et puis si on va par là quand je joue au monopoly, que j'ai de la thunes et que j'achète des immeubles, je joue un rôle différent de moi puisque je ne ferai JAMAIS ça dans la vie.

Le Role-Play c'est jouer un rôle dans le cadre d'un jeu, je ne vois pas tellement l'intérêt d'y ajouter des restrictions.
le site internet d'eXperience et son livre d'or qui ne demande qu'à être rempli !

Fredou
Amiral du Fair-play
Messages : 730
Enregistré le : mer. 11 janv. 2012 15:49

Re: QM 175 des limites de la qualification de Rôle-Play

Message par Fredou » mar. 21 juil. 2015 13:50

Je trouve que si l'on dit "interpréter un rôle" dans le cadre d'un contexte fictif, on évite l’ambiguïté du mot "jouer".

On peut très bien interpréter son propre rôle dans un contexte fictif.
Modifié en dernier par Fredou le mar. 21 juil. 2015 14:12, modifié 1 fois.

Avatar du membre
Bichon
Expert européen de la murder party
Messages : 9
Enregistré le : jeu. 9 avr. 2015 10:53

Re: QM 175 des limites de la qualification de Rôle-Play

Message par Bichon » mar. 21 juil. 2015 14:06

En cherchant un peu dans les définitions sur le Net, j'ai trouvé ça :
Roleplay : When you act out one of your sexual fantasies using characters ie. Dentist, teacher etc

"Let's play doctors and nurses!"

Nathan
Connaisseur en points d'action
Messages : 61
Enregistré le : mar. 26 août 2014 09:51

Re: QM 175 des limites de la qualification de Rôle-Play

Message par Nathan » mar. 21 juil. 2015 14:26

Bichon : ><

Fredou, Lucie : Si tu interprète ton propre rôle ce n'est pas une interprétation c'est du vécu. Par contre je considère que dés que ton toi réel et ton toi fictif on un vécu différent on peu être dans l'interprétation. Donc on retombe sur la séparation de son soit réel et de son soit fictif dés que l'on dit "c'est un jeu".

Cire : Risk n'est pas un jeu d'interprétation. Ou alors tu interprète un groupe de dirigent (militaires, diplomate ...). Tu peu aussi décider que les participant doivent se costumer en fonction de leur pays et que chaque pays et contrôler par autant de joueurs que le nombre de personnage ... Là oui c'est du jeu de rôle. Je préciserais ma pensé en disant que l'on peu s’interpréter soit même dés qu'il existe une différence avec soit même. C'est à dire que plutôt que de se dire "c'est un jeu" on se dit "et si je faisais semblant qu'il m'arrive ou me soit arrivé cela ?" Dés lors on est dans l'interprétation.

Fredou
Amiral du Fair-play
Messages : 730
Enregistré le : mer. 11 janv. 2012 15:49

Re: QM 175 des limites de la qualification de Rôle-Play

Message par Fredou » mar. 21 juil. 2015 14:35

Ne coupe pas ma phrase Nathan : "on peut très bien interpréter son propre rôle dans un contexte fictif".

Avatar du membre
Thanos
Expert du d'avance
Messages : 800
Enregistré le : mer. 25 mai 2011 08:55
Localisation : Saint Joseph
Contact :

Re: QM 175 des limites de la qualification de Rôle-Play

Message par Thanos » mar. 21 juil. 2015 14:43

Pour reprendre l'exemple d'où est partie ta réflexion Cire, il y a une bande de pote qui sont à une soirée quand tout à coup retenti un coup de feu et en allant dans la cuisine, ils découvrent qu'un de leur pote s'est fait tuer, et de la découle le basculement en l'IRL et le jeu où ils chercheront à découvrir ce qu'il s'est passé et qui est le tueur. Même s'ils jouent leur propre rôle, ça reste fictif, dans le sens où si cela arriverait en vrai, ils n'agiraient pas du tout comme ça. Déjà, il y a des chances qu'ils commencent par appeler les secours, la police... donc déjà, même en jouant eux-même, ils endossent un rôle d’enquêteur. Ca reste bien du rôleplay.

Bon, c'est bien mieux résumé par Fredou par son "on peut très bien interpréter son propre rôle dans un contexte fictif".

Nathan
Connaisseur en points d'action
Messages : 61
Enregistré le : mar. 26 août 2014 09:51

Re: QM 175 des limites de la qualification de Rôle-Play

Message par Nathan » mar. 21 juil. 2015 14:48

Je me suis mal exprimè.

Si il y a contexte fictif tu ne t'interprète plus toi même. Tu interprète ce que tu serais devenu si cet évènement fictif avais eu lieu mais ce n'est pas toi.

Si c'est ce que tu voulais dire je m'en excuse. Ce n'est pas comme ça que je l'ai compris.

Thanos : Qu'est ce qui empêche un personnage d'appeler une ambulance ou la police ? (Ou au moins de faire semblant de le faire ?)

Avatar du membre
kilourh
Expert emptoire
Messages : 986
Enregistré le : lun. 21 févr. 2011 21:56
Localisation : Saint Etienne

Re: QM 175 des limites de la qualification de Rôle-Play

Message par kilourh » mar. 21 juil. 2015 18:37

Thanos : Qu'est ce qui empêche un personnage d'appeler une ambulance ou la police ? (Ou au moins de faire semblant de le faire ?)
Il n'a pas dit qu'un personnage ne ferait pas ça. C'est surtout que si cela arriverait vraiment, il est vraisemblable que tout le monde (ou presque) appellerait la police ou une ambulance. Mais on pourrait avoir de très nombreuses autres réactions qui seront très différentes de celles qu'on aurait lors d'une fiction. Je pense par exemple au simple : je me barre ! Si c'est un jeu, on ne va pas partir, sinon c'est la fin du jeu.

Alors que durant une simulation, on agit différemment. Certes on peut envisager d'appeler la police, mais on mènera certainement l'enquête, pour la simple raison que c'est le but du jeu... Bref, on se met à suivre des règles (explicites ou non) qui ne sont pas celles de la réalité.
Jérome

Comptes de fées en ligne sur ce site...

Fredou
Amiral du Fair-play
Messages : 730
Enregistré le : mer. 11 janv. 2012 15:49

Re: QM 175 des limites de la qualification de Rôle-Play

Message par Fredou » mar. 21 juil. 2015 19:08

Si il y a contexte fictif tu ne t'interprète plus toi même. Tu interprète ce que tu serais devenu si cet évènement fictif avais eu lieu mais ce n'est pas toi.
"Interpréter" ou "jouer" (au sens théâtral), c'est contrefaire. Je le redis "on peut très bien interpréter son propre rôle dans un contexte fictif".

Répondre