QM166 : Paidia ou le chaos initial

principalement autour des huis clos et autres petits GN, mais aussi pour le plaisir de flooder.
Avatar du membre
Lila
Expert de miches
Messages : 512
Enregistré le : lun. 20 mai 2013 19:24

Re: QM166 : Paidia ou le chaos initial

Message par Lila » mar. 20 janv. 2015 18:09

Cire, ça fait plusieurs fois que tu considères qu'une QM n'a pas d'intérêt. Le principe d'une QM peut être de s'imposer une réflexion, ou un exercice de l'esprit, qui a l'air futile ou inintéressant, mais qui peut s'avérer soit jubilatoire, soit enrichissante, soit les deux. Ou pas, mais c'est le risque d'un exercice.

Bref, du coup, j'en reviens à ma seconde question, quel est selon vous le cadre minimum pour jouer ? Les personnages, l'univers ?

Pour moi, le cadre minimum c'est l'acceptation, comme en impro. La chose que je prime sur un jeu c'est l'écoute entre les participants, donc il me paraît essentielle que lorsqu'une chose est dite, elle devienne vérité pour les participants.

Avatar du membre
lucieXperience
Murder 9851,12
Messages : 1486
Enregistré le : mar. 8 févr. 2011 17:12
Contact :

Re: QM166 : Paidia ou le chaos initial

Message par lucieXperience » mar. 20 janv. 2015 19:22

Je te rejoins sur le cadre minimum et je mettrai comme seule et unique règle : on accepte les propositions des autres.
le site internet d'eXperience et son livre d'or qui ne demande qu'à être rempli !

Avatar du membre
Saki
Général En-Jeu
Messages : 294
Enregistré le : jeu. 29 août 2013 20:32
Localisation : Bruxelles

Re: QM166 : Paidia ou le chaos initial

Message par Saki » mar. 20 janv. 2015 21:18

Je pense en effet que la règle la plus importante c'est qu'une fois une chose posée par un joueur, tout le monde doit forcément en tenir compte pour la suite.ce qui signifie que l'on joue forcément en petit nombre ou qu'il existe une façon de partager les info au fur et à mesure, comme un tableau d'affichage.

Je suis une énorme fan du jdr Apocalypse World de Vincent Baker, que je fais jouer en totale roue libre : rapidement au debut du jeu, on définit ensemble (joueurs et mj) les bases de l'univers, puis j'improsive un début de scénario mais en mettant en place des techniques pour partager la narration et faire évoluer l'histoire. Rien n'est écrit à l'avance et tout le monde participe, même si il y a un mj.

Dans d'autres jdr que j'ai testés, on met en place des méta techniques pour assurer un partage équitable de la narration, par exemple il y a un nombre défini de billes dans un bol, quand un joueur apporte quelque chose à l'univers/à l'histoire, il prend l'une des billes, et chaque joueur ne peut en prendre qu'un certain nombre. Ainsi même si certains sont plus timides ou lents au démarrage ils ne risquent pas de voir la narration accaparée par les plus grandes gueules.

Un gn sans cadre je n'y crois pas trop, par contre j'adorerais arriver sur un jeu et que l'on décide tous ensemble de la base de l'univers comme dans AW.
Pour que ça fonctionne sans perte de temps, ilfaudrait je pense avoir préparé un questionnaire et imposer un truc de base (genre cela doit forcément se passer 50 après l'apocalypse, comme dans AW)... Un questionnaire bien pensé pousse à prendre des décisions rapides, par exemple
Est-ce un univers parodique oui - non (première idée qui me passe par la tête, mais en se creusant le ciboulot on devrait arriver à des questions plus intéressantes).

Plus j'y pense, plus ça me botte : j'écris les suggestions au fur et à mesure sans y réfléchir en essayant de garder en tete un processus collectif de création de ce style....
1: donner une indication assez vague de style pour le costume, afin que tout le monde soit raccord mais en laissant tout de même pas mal de liberté (disons donc post apo)
2 : choisir ensemble un cadre un peu mieux défini, mais qui reste tout de même simple (genre : des extra terrestres ont décimé l'humanité, les humains survivants vivent dans des enclaves résistantes mais qui risquent de tomber à tout moment, toutefois comme il est évident qu'une attaque d'extra terrestre ne peut être prevue dans un tel jeu, on ne jouera qu'entre humains, à moins que certains ne soient par hasard venus avec des costumes extra terrestres, auquel cas on décide de pourquoi/comment ils ont rejoint la résistance
3 : choisir ensemble un but (exemple : découvrir qui est le traître qui vend les infos de la résistance aux ET)
4 : décider de la résolution (par exemple faire tirer des petits papiers, si on plagie Battlestar, plusieurs joueurs apprennent qu'ils sont des espions infiltrés mais qui jusque là pensaient être des résistants, et devront prendre conscience de leur véritable nature au cours du jeu, à leur guise)
5 : chaque joueur a à sa disposition X révélations à apporter pour enrichir l'univers, et doit aller les noter sur le tableau général en cours de jeu. on ne peut pas faire toutes ses révélations dans la même phase de jeu.
6 : chacun joue le rôle qu'il l'inspire en fonction de tout ça

Il y a certainement beaucoup à revoir là dedans, mais l'idée de création collective au fur et à mesure du jeu me plaît. Ceci dit je m'éloigne de l'idée de départ là. Sans cadre du tout.... Cela me semble vraiment difficile.
"La vie est un naufrage, n'oublions pas de chanter dans les canots de sauvetage."

Avatar du membre
Thanos
Expert du d'avance
Messages : 801
Enregistré le : mer. 25 mai 2011 08:55
Localisation : Saint Joseph
Contact :

Re: QM166 : Paidia ou le chaos initial

Message par Thanos » mer. 21 janv. 2015 09:43

lucieXperience a écrit :Je te rejoins sur le cadre minimum et je mettrai comme seule et unique règle : on accepte les propositions des autres.
Mais est-ce que si tu n'as que ça, ça n'est pas de l'impro pur et dure et pas du GN ?

Avatar du membre
lucieXperience
Murder 9851,12
Messages : 1486
Enregistré le : mar. 8 févr. 2011 17:12
Contact :

Re: QM166 : Paidia ou le chaos initial

Message par lucieXperience » mer. 21 janv. 2015 09:55

Si on admet que la différence fondamentale entre impro et GN c'est l'existence ou non d'une scène alors non.

Et j'ai envie de dire qu'on s'en fout un peu, non ?
le site internet d'eXperience et son livre d'or qui ne demande qu'à être rempli !

Avatar du membre
Cire de Sacub
Agrégé d'iconographie Murderienne
Messages : 560
Enregistré le : sam. 8 nov. 2014 12:09

Re: QM166 : Paidia ou le chaos initial

Message par Cire de Sacub » mer. 21 janv. 2015 11:15

Lila, cette QM n'est pas sans intérêt contrairement à ce que je donne à penser. J'ai juste beaucoup de mal avec les grands concepts faisant la part belle à l'improvisation sur le cadre de jeu et les personnages. Je crois profondément aux contraintes. Pour moi, un huis-clos doit être longuement préparé, étudié et organisé. C'est peut-être mon côté "vieille école". Je trouve qu'il y a assez d'espaces de liberté et d'expression dans un GN...

Avatar du membre
Thanos
Expert du d'avance
Messages : 801
Enregistré le : mer. 25 mai 2011 08:55
Localisation : Saint Joseph
Contact :

Re: QM166 : Paidia ou le chaos initial

Message par Thanos » mer. 21 janv. 2015 12:00

lucieXperience a écrit :Si on admet que la différence fondamentale entre impro et GN c'est l'existence ou non d'une scène alors non.

Et j'ai envie de dire qu'on s'en fout un peu, non ?
Si tu penses qu'il n'y a aucune différence entre l'impro et le GN, alors effectivement, on s'en fou. J'ai vu souvent se poser (entre autre ici) la question de la barrière entre les deux et de savoir quand un GN devient de l'impro et quand l'impro devient du GN, ou de savoir si l'impro est une forme de GN ou si le GN est une forme d'impro. Donc si la question se pose, non on s'en fou pas (enfin, toi peut-être).


Pour revenir à la question, j'ai du mal à imaginer qu'à partir de rien on puisse réunir des gens et en faire un GN. Mais bon, j'ai aussi du mal à imaginer un GN en acte mais je sais que ça existe et que ça marche, donc pourquoi pas.

Avatar du membre
Muriel A
Expert de manches
Messages : 217
Enregistré le : mer. 18 sept. 2013 05:46

Re: QM166 : Paidia ou le chaos initial

Message par Muriel A » jeu. 22 janv. 2015 08:55

Dans sa présentation justement, Gilles avait évoqué les problèmes de l'absence de cadre, ou du moins de la suppression d'une partie de ces derniers, le problème principal de ce que j'en vois étant le risque de "sortie de route" si un/e participant/e décide d'orienter son propre freeplay en contradiction des autres, ou pour son seul plaisir propre.

Au sens plus large, voilà pour moi les cadres dont j'ai besoin :

- la sécurité, dans son sens le plus large. Règles de sécurité de base, comment interrompre l'action en cas de problème, gérer les interactions physiques, le cadre mental. Si traitement de sujets graves ou sensibles, poser le comment et surtout le pourquoi (pour moi on peut traiter n'importe quel sujet en GN, mais je veux comprendre qu'il y a une vraie finalité et un traitement respectueux, si c'est juste pour le fanservice ou le facteur choc, sans moi).

- le ton de jeu, la cohérence. Est-ce qu'on est hyper-réaliste, cohérent dans un univers fantastique, légèrement décalé, totalement parodique? Dans un cadre très ouvert où la co-création est importante, il faut avoir une même orientation en terme de registre de jeu

- le gameplay. Et oui, revoilà le GNS ^^ Plus sérieusement, cadre ouvert et co-création, ça n'équivaut pas forcément à une approche narrativiste même si c'est ce qui paraît le plus logique. J'ai besoin de savoir comment je dois calibrer les réactions du personnage. Et là encore, que l'approche entre tous les participants soit sensiblement la même. Et je pense que ce genre de narration commune s'accommoderait difficilement d'une approche vraiment gamiste, encore que (je vois simplement mal comment).

Avatar du membre
kilourh
Expert emptoire
Messages : 985
Enregistré le : lun. 21 févr. 2011 21:56
Localisation : Saint Etienne

Re: QM166 : Paidia ou le chaos initial

Message par kilourh » dim. 15 févr. 2015 14:12

Pas d'accord avec Lucie sur la différence entre l'Impro et le GN. La scène n'est pas un facteur obligatoire en impro. Pour ma part, la véritable différence vient de la manière dont est perçu l'un est l'autre :

En impro, nous sommes en représentation, nous jouons pour un public (quel qu'il soit)
En GN, on joue avant tout pour soi, le but premier n'étant pas la représentation (même si on peut en trouver).

Mis à part cette différence, je m'apperçois, notamment avec les jeux venant du grand nord, que la distinction entre l'un et l'autre est de plus en plus ténu.

Pour répondre à la QM de Lila : je dirais que tôt ou tard, un cadre doit être mis en place (comme en impro d'ailleurs).
Pour ma part, j'ai besoin : de l'univers et du temps de jeu. En gros du cadre dans lequel on évolue. Et effectivement, pour que cela marche, il faut accepter toutes les propositions, et surtout être à l'écoute des autres. C'est fondamental en impro, ça le devient sur un GN de ce style.

Ce que définit Mu est un plus, pour améliorer l'expérience, et la rendre vraiment forte et intense, mais on peut s'en passer si on respecte les deux points que j'ai soulevé : écoute et acceptation.
Jérome

Comptes de fées en ligne sur ce site...

Avatar du membre
lucieXperience
Murder 9851,12
Messages : 1486
Enregistré le : mar. 8 févr. 2011 17:12
Contact :

Re: QM166 : Paidia ou le chaos initial

Message par lucieXperience » lun. 16 févr. 2015 10:06

kilourh a écrit :
En impro, nous sommes en représentation, nous jouons pour un public (quel qu'il soit)
En GN, on joue avant tout pour soi, le but premier n'étant pas la représentation (même si on peut en trouver).
En fait c'est ce que je veux dire par le mot "scène". Le fait de jouer ou non pour un public et qui implique une scénographie, même si elle est minimale et même s'il n'y a pas de scène physique.
le site internet d'eXperience et son livre d'or qui ne demande qu'à être rempli !

Répondre