QM166 : Paidia ou le chaos initial

principalement autour des huis clos et autres petits GN, mais aussi pour le plaisir de flooder.
Avatar du membre
Lila
Expert de miches
Messages : 513
Enregistré le : lun. 20 mai 2013 19:24

QM166 : Paidia ou le chaos initial

Message par Lila » lun. 19 janv. 2015 18:02

Halo

Ce week-end, on était en Belgique et on a assisté à une super conférence sur la narration commune de Gilles Be_Larp qui passe souvent par ici en ce moment. Durant cette intervention a été évoquée la possibilité d'un GN sans règle, sans univers, sans cadre, sans personnages, bref, sans rien d'autre qu'un lieu de rendez-vous et l'invitation à jouer un GN.

A votre avis, ça ressemblerait à quoi ?

et question dérivée : à votre avis, quel est le degré minimal de cadre possible pour un GN ?

Le mot paidia vient du bouquin de Caillois Les jeux et les hommes et ça désigne "un principe commun de divertissement, de turbulence, d'improvisation libre et d'épanouissement insouciant, par où se manifeste une certaine fantaisie incontrôlée"

Pink
Murder 6000
Messages : 325
Enregistré le : jeu. 23 août 2012 08:33

Re: QM166 : Paidia ou le chaos initial

Message par Pink » lun. 19 janv. 2015 18:15

Lila a écrit : A votre avis, ça ressemblerait à quoi ?
A une soirée costumée. Formidable si les invités le sont. A mourir d'ennui s'il s'agit d'un regroupement d'introvertis qui ne se connaissent pas.

Avatar du membre
Magali
Expert de manches
Messages : 242
Enregistré le : jeu. 23 juin 2011 19:36
Localisation : Grenoble

Re: QM166 : Paidia ou le chaos initial

Message par Magali » lun. 19 janv. 2015 18:34

Quand tu dis "sans personnages", tu veux dire "sans personnages écrits à l'avance" ou "sans personnages du tout" ? Parce que dans "jeux de rôles", il y a "rôles"… donc il y a forcément des personnages.
Pareil pour l'univers, il y en a forcément un, soit décrit à l'avance, soit inventé sur place (à l'extrême, l'univers est "ici et maintenant" mais c'est quand même un univers…).

Avatar du membre
Lila
Expert de miches
Messages : 513
Enregistré le : lun. 20 mai 2013 19:24

Re: QM166 : Paidia ou le chaos initial

Message par Lila » lun. 19 janv. 2015 18:43

Sans rien de défini à l'avance. :)

Avatar du membre
Magali
Expert de manches
Messages : 242
Enregistré le : jeu. 23 juin 2011 19:36
Localisation : Grenoble

Re: QM166 : Paidia ou le chaos initial

Message par Magali » lun. 19 janv. 2015 18:50

Oui mais du coup tu es obligée à un moment d'expliquer ton cadre ou la manière dont il va venir : vous choisissez le personnage que vous voulez interpréter / nous définirons les personnages tous ensemble avant le jeu (comme les gamins ;) ) / … sinon les gens vont juste attendre ou te demander ce qu'ils doivent faire.

Il faut forcément qu'à un moment quelqu'un dise comment ça va se passer, et ce quelqu'un c'est par définition l'organisateur, non ?

Avatar du membre
Lila
Expert de miches
Messages : 513
Enregistré le : lun. 20 mai 2013 19:24

Re: QM166 : Paidia ou le chaos initial

Message par Lila » lun. 19 janv. 2015 19:16

C'est justement la question. ;)

Pink
Murder 6000
Messages : 325
Enregistré le : jeu. 23 août 2012 08:33

Re: QM166 : Paidia ou le chaos initial

Message par Pink » mar. 20 janv. 2015 13:35

Assez d'accord avec Magali sur la nécessité de l'existence d'un cadrage.

Cependant, il me semble qu'il ne concerne pas forcément les personnages. Il peut définir l'environnement du jeu souhaité.

Une phrase suffit, mais je n'arrive pas à envisager moins pour que l'on puisse dire que c'est un GN.

Avatar du membre
Cire de Sacub
Agrégé d'iconographie Murderienne
Messages : 561
Enregistré le : sam. 8 nov. 2014 12:09

Re: QM166 : Paidia ou le chaos initial

Message par Cire de Sacub » mar. 20 janv. 2015 14:39

Nous avons tous des besoins différents en matière de cadre. L'idée la plus globalement admise considère que moins il y a de cadre, plus le jeu est libre, voir fun. Pour moi c'est de la théorie creuse qui méconnait la complexité de la psyché humaine. La totale liberté est liberticide, c'est parce qu'on peut aller où l'on veut que l'on reste cloué sur place.
L'art se nourrie justement de contrainte. Plus il y en a, plus l'expression artistique est forte.
Bien sur, tout le monde n'est pas capable de supporter beaucoup de contraintes. Mais personnellement, plus il y en a, plus je suis satisfait en général.

Un exemple : bon nombre de Huis Clos considèrent que les règles de combat c'est infantile et inutile. Or, dans ces huis clos j'ai remarqué qu'aucun joueur ne devient violent physiquement contre un autre joueur (pour les pnj c'est autre chose). Les participants s'autocensurent pour éviter les malentendus, les incompréhensions. Du coup, si on doit/veut agresser quelqu'un, on ne le fait pas. Donc au final la liberté devient liberticide, en n'encadrant pas cette dimension pour sois disant donner de la liberté, cette dimension de jeu est perdue.
J'ai remarqué un peu le même phénomène pour le sexe entre joueurs. Mais c'est un peu plus complexe.

Bref. Pour moi tout cela c'est de la diptérosodomie.

Avatar du membre
lucieXperience
Murder 9851,12
Messages : 1489
Enregistré le : mar. 8 févr. 2011 17:12
Contact :

Re: QM166 : Paidia ou le chaos initial

Message par lucieXperience » mar. 20 janv. 2015 15:32

Lila a écrit : A votre avis, ça ressemblerait à quoi ?
à un gros bordel. Drôle ou chiant selon la capacité des gens à faire des propositions à partir de rien.

Il suffit à mon avis d'une idée lancée par quelqu'un pour générer du jeu et des propositions qui iront crescendo (et par idée je veux dire proposition de jeu). Je pense que la difficulté augmente cependant avec le nombre de participants et la durée du jeu. Il vaut peut-être mieux pas lancer direct une expérience comme avec 100 personnes sur un week-end.

@Cire : on peut aussi voir l'absence de cadre comme une contrainte en soi. L'écriture automatique, par exemple c'est un mode de création à partir de rien assez fort et qui produit des choses intéressantes. On peut le voir comme une liberté totale ou comme une contrainte. Dans tous les cas c'est générateur de créativité. On en a la preuve avec l'écriture automatique, mais aussi avec les jeux d'enfants ou les trips d'une bande de trentenaires bourrés en soirée.

Et je ne vois pas le rapport avec les mouches.
le site internet d'eXperience et son livre d'or qui ne demande qu'à être rempli !

Avatar du membre
Cire de Sacub
Agrégé d'iconographie Murderienne
Messages : 561
Enregistré le : sam. 8 nov. 2014 12:09

Re: QM166 : Paidia ou le chaos initial

Message par Cire de Sacub » mar. 20 janv. 2015 16:17

J'ai du mal à percevoir l'absence de cadre comme une contrainte en sois.

Oui, des choses intéressantes peuvent émerger de l'écriture automatique. Car au final, organiser et donner du sens à des phrases ou des mots apparus de la sorte est une forme de contrainte qui peut créer des choses intéressantes. Mais c'est justement la contrainte obligeant à organiser ce qui, au départ, n'est pas lié qui crée, selon moi, cette richesse. C'est ce que je qualifierai de contrainte hasardeuse !

Répondre